Sujet de philosophie

Pages: 26 (6396 mots) Publié le: 14 mars 2011
Les paradoxes de la philosophie africaine

Ernest-Marie Mbonda
Maître de Conférences
Université catholique d’Afrique centrale
Faculté de philosophie
Yaoundé-Cameroun

Pendant longtemps, les travaux de « philosophie africaine » sont restés centrés sur les mêmes interrogations : existe-t-il une philosophie africaine ? Et si elle existe, se trouve-t-elle dans les sagesses ancestrales oudans les textes des auteurs contemporains ? La question même de l’existence d’une philosophie africaine n’est-elle pas oiseuse ? Les plaidoyers pour la reconnaissance d’une philosophie africaine propre n’empêchent-ils pas de se préoccuper des vraies questions qui se posent en Afrique et aux africains ? Toutes ces interrogations avaient inspiré une littérature relativement vaste, dans laquelle sesont dessinées quelques positions majeures : celle de ceux qui soutenaient que les Africains avaient aussi des systèmes de pensée philosophiques ; celle ensuite de ceux qui ont reproché à cette approche de se réduire à une pure et simple restitution des traditions anciennes opérée sans aucune rigueur d’analyse et de réflexion critique ; celle enfin de ceux qui voulaient que la philosophie africaines’attelât résolument à la tâche de la libération d’une Afrique en proie à la domination, au sous-développement, sans devoir s’enliser dans des discussions jugées stériles sur son existence[1].
Ce que je veux montrer ici sous le titre « les paradoxes de la philosophie africaine » c’est la manière dont la question de l’altérité et de l’identité a déterminé le philosopher en Afrique pendantplusieurs décennies, et a contribué tout à la fois à paralyser et à promouvoir, d’une certaine façon, la réflexion philosophique africaine.

1. Premier paradoxe : reconnaître une philosophie africaine pour perpétuer la sujétion des Africains.
C’est le Père Placide Tempels, missionnaire belge au Congo, qui déclenche véritablement le mouvement de revendication d’une philosophie proprementafricaine en publiant en 1949, chez Présence africaine, un ouvrage intitulé La Philosophie bantoue. Ce livre apparaît comme une réaction occidentale aux thèses occidentales de l’appartenance exclusive de la philosophie à l’Occident et de l’inaptitude des autres peuples à la pensée discursive, abstraite et logique, thèses développées, comme on le sait, par Hegel, Heidegger, Arthur de Gobineau et LucienLévy Brühl, pour ne citer que les plus célèbres.
La démonstration du Père Tempels part de la prémisse suivant laquelle « tout comportement humain repose sur un système de principes »[2], ce qui n’est pas plus vrai pour « l’Européen moderne et hypercivilisé » que pour le Bantou : « Point de comportement vital sans un sens de la vie ; point de volonté de vie sans concept vital ; point deconstance pratique rédemptrice sans philosophie du salut… Faut-il dès lors s’étonner de ce que nous trouvions chez les Bantous, et plus généralement chez tous les primitifs, comme fondement de leurs conceptions intellectuelles de l’univers, quelques principes de base, et même un système philosophique, relativement simple et primitif, dérivé d’une ontologie logiquement cohérente ? »[3] De cephilosophème, Tempels pouvait déduire que la philosophie ne s’exprime pas seulement à travers des traités systématiques, des ouvrages, des leçons et conférences dans les universités mais qu’elle est présente dans tout comportement humain, dans tout vécu. « N’attendons pas du premier Noir venu (et notamment des jeunes gens), ajoutait Tempels, qu’il puisse nous faire un exposé systématique de son systèmeontologique. Cependant cette ontologie existe : elle pénètre et informe toute la pensée du primitif, elle domine et oriente tout son comportement. »[4] Si cette philosophie ne se trouve que dans l’ordre du vécu et de l’inexprimé, elle n’est pas pour autant inaccessible et insaisissable. Les Occidentaux qui veulent étudier la philosophie bantoue disposent des outils scientifiques, philologiques et...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Sujet de philosophie
  • Philosophie "le sujet"
  • Le sujet en philosophie
  • sujet de philosophie
  • Le sujet ( philosophie )
  • Le sujet de Philosophie sujet 1 et corrigé
  • Philosophie terminale le sujet
  • Sujet de réflexion de philosophie sur la loi

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !