Sujet de philosophie

6396 mots 26 pages
Les paradoxes de la philosophie africaine

Ernest-Marie Mbonda
Maître de Conférences
Université catholique d’Afrique centrale
Faculté de philosophie
Yaoundé-Cameroun

Pendant longtemps, les travaux de « philosophie africaine » sont restés centrés sur les mêmes interrogations : existe-t-il une philosophie africaine ? Et si elle existe, se trouve-t-elle dans les sagesses ancestrales ou dans les textes des auteurs contemporains ? La question même de l’existence d’une philosophie africaine n’est-elle pas oiseuse ? Les plaidoyers pour la reconnaissance d’une philosophie africaine propre n’empêchent-ils pas de se préoccuper des vraies questions qui se posent en Afrique et aux africains ? Toutes ces interrogations avaient inspiré une littérature relativement vaste, dans laquelle se sont dessinées quelques positions majeures : celle de ceux qui soutenaient que les Africains avaient aussi des systèmes de pensée philosophiques ; celle ensuite de ceux qui ont reproché à cette approche de se réduire à une pure et simple restitution des traditions anciennes opérée sans aucune rigueur d’analyse et de réflexion critique ; celle enfin de ceux qui voulaient que la philosophie africaine s’attelât résolument à la tâche de la libération d’une Afrique en proie à la domination, au sous-développement, sans devoir s’enliser dans des discussions jugées stériles sur son existence[1].
Ce que je veux montrer ici sous le titre « les paradoxes de la philosophie africaine » c’est la manière dont la question de l’altérité et de l’identité a déterminé le philosopher en Afrique pendant plusieurs décennies, et a contribué tout à la fois à paralyser et à promouvoir, d’une certaine façon, la réflexion philosophique africaine.

1. Premier paradoxe : reconnaître une philosophie africaine pour perpétuer la sujétion des Africains. C’est le Père Placide Tempels, missionnaire belge au Congo, qui déclenche véritablement le mouvement de revendication d’une philosophie proprement africaine

en relation

  • Le sujet en philosophie
    670 mots | 3 pages
  • sujet de philosophie
    820 mots | 4 pages
  • Le sujet philosophie
    3434 mots | 14 pages
  • Philosophie "le sujet"
    618 mots | 3 pages
  • Le sujet ( philosophie )
    729 mots | 3 pages
  • Sujet de philosophie
    1016 mots | 5 pages
  • Les sujets bac de philosophie
    1386 mots | 6 pages
  • Philosophie terminale le sujet
    4011 mots | 17 pages
  • Le sujet de Philosophie sujet 1 et corrigé
    1314 mots | 6 pages
  • Sujet et moralité- Philosophie
    1350 mots | 6 pages