texte philosophie morale

16186 mots 65 pages
Situation 1. Des tueurs ordinaires, les hommes du 101e bataillon de réserve de la police allemande : une première journée de massacre
Situation 2. Le dispositif expérimental de Stanley Milgram
Extraits du livre de Terestchenko, Un si fragile vernis d’humanité.
Étant admis que, dans notre civilisation, de tous les principes moraux celui qui interdit de faire souffrir un innocent est le plus universellement accepté comme une norme inviolable, aussi bien par les individus que par les systèmes juridiques des États, la question est de savoir s'il est cependant assez puissant pour empêcher que des hommes obéissent à des ordres qui exigent d'eux qu'ils le transgressent ouvertement. Mais la question même mérite-t-elle d'être posée? Tout porte à croire que des individus confrontés à un tel dilemme feraient le choix de la désobéissance plutôt que de contrevenir à un impératif catégorique si évident pour tout un chacun, quels que soient son niveau d'éducation ou la place qu'il occupe dans la société. « Tu ne feras pas de mal à un innocent » est un principe dont la force d'inhibition se trouve peutêtre levée dans des cas exceptionnels de folie meurtrière, individuelle ou collective, ou encore de fanatisme religieux, mais on ne saurait s'attendre à ce qu'un homme ordinaire, ayant le libre choix de ses actions, le transgresse simplement par obéissance. Ainsi parle le sens commun.
Aussi assurée que cette prédiction puisse paraître, c'est pourtant l'hypothèse qu'entreprit de tester Stanley Milgram dans une série d'expériences qui impliqua prés d'un millier de sujets des deux sexes, appartenant à toutes les couches sociales (employés, professeurs de lycée, ingénieurs, infirmières, assistantes sociales, hommes d'affaires, cadres, etc.), répartis dans chaque expérience selon un pourcentage immuable fixé à l'avance.
Les sujets avaient été recrutés par une annonce passée dans le journal local, puis par courrier, sollicitant leur participation à une étude scientifique menée par

en relation

  • Commentaire de texte de philosophie : j.bentham déontologie ou science de la morale.
    2224 mots | 9 pages
  • Qu'el besouin avon nous de chercher la veriter
    2433 mots | 10 pages
  • Thèmes
    83101 mots | 333 pages
  • Corrigé
    22803 mots | 92 pages
  • Kant dans la pensee philosophique arabe
    4108 mots | 17 pages
  • la conscience selon rousseau
    10669 mots | 43 pages
  • marc Aurele
    2403 mots | 10 pages
  • Enseigner la philosophie
    25034 mots | 101 pages
  • Philisophe des lumières
    2365 mots | 10 pages
  • La politique doit t'elle s'appuyer sur des valeurs ?
    1825 mots | 8 pages