Théorie des parties prenantes

624 mots 3 pages
Depuis les années 1980 nous avons vu apparaître une nouvelle théorie de management , la stakeholder theory ou la théorie des parties prenantes. Son théoricien R. Freeman critique la vision purement capitaliste du monde de l’entreprise qui place l’actionnaire et ses intérêts au centre de toutes sortes des préoccupations. Les temps ont changé. L’approche égoïste doit céder sa place à l’approche éthique réclamée par la nouvelle société civile. Les intérêts de tous les acteurs impliqués directement ou indirectement dans l’activité de l’entreprise doivent être pris en compte. A. Friedman et S. Miles nous propose une typologie intéressante de ces acteurs tout en montrant la variété des relations que ces parties prenantes peuvent entretenir avec les intérêts de l’entreprise. Par exemple, ces relations entre les différents acteurs peuvent être plus ou moins nécessaires, inévitables.
En outre, selon cette théorie les performances des entreprises ne doivent plus être mesurées seulement par rapport aux critères économiques, mais aussi prendre en compte les indicateurs sociaux et environnementaux. Le capitalisme et l’éthique peuvent et doivent être compatibles. Les dirigeants ne pensant plus seulement aux profits des actionnaires auraient pu mener une stratégie plus efficace en étant plus libres et créer de la valeur à long terme.
Dans le cadre de ce contexte s’est développée la responsabilité sociale d’entreprise (RSE) dans les années 1990. Ce concept intègre non seulement les préoccupations des détenteurs du pouvoir, mais de l’ensemble des parties prenantes, des contre-pouvoirs concernés par la politique de l’entreprise. C'est-à-dire les intérêts financiers, mais aussi bien les sociales et les environnementales.
Parallèlement à cette théorisation les nombreuses parties prenantes se sont mobilisées sur le terrain afin de parler, de faire prendre en compte leurs intérêts spécifiques et s’organiser en contre-pouvoirs. Notamment, on a beaucoup entendu parler d’eux suite

en relation

  • Théorie des parties prenantes
    895 mots | 4 pages
  • Théorie des parties prenantes
    10599 mots | 43 pages
  • Théorie des parties prenantes
    7765 mots | 32 pages
  • La théorie des parties prenantes
    6030 mots | 25 pages
  • Théorie des parties prenantes
    4520 mots | 19 pages
  • La théorie des parties prenantes
    2260 mots | 10 pages
  • Théorie des parties prenantes
    22779 mots | 92 pages
  • Théorie des parties prenantes
    462 mots | 2 pages
  • Théorie d'organisation
    6017 mots | 25 pages
  • La rse
    7519 mots | 31 pages