Theorie des organisations

1385 mots 6 pages
Que l’on souhaite l’aborder en terme de temps ou d’espace, l’existence même d’une société repose dans l’interaction d’hommes partageant des mêmes normes, conduites ou culture. Aussi, on emploi déjà le terme de société pour parler des civilisations qui se sont développées sur le croissant fertile dès –8000 av Jésus Christ. La société crétoise, dès – 3000 avant J-C nous a aussi laissée de nombreuses traces. On peut y voir les restes de centres de pouvoir, de centres religieux mais aussi de centres économiques. Les nombreuses tablettes d’argiles retrouvées dans les vestiges des palais, notamment celui de Cnossos, nous renseigne des nombreux échanges entre les individus et ainsi de l’existence de ce que l’on défini par le mot société. Pour assurer son fonctionnement, la société attend des individus qui la compose des façons d’agir et d’être relatives aux normes et au contexte dans lequel ils évoluent. Pour s’en assurer et ainsi assurer sa survie, elle exerce sur ses membres une pression, un contrôle social visant à réguler leurs comportements.
La société actuelle n’échappe pas à ces fondements et attend des hommes qu’ils se comportent en fonction de ce qui est jugé conforme ou non.
Par sa définition, et à plusieurs échelles, un débordement destructeur est l’aboutissement du comportement d’un ou d’un groupe d’individus jugés déviant, c’est à dire rejetant les normes et valeurs de la société et la mettant en péril.
Dans quelle mesure est elle capable de s’en prémunir ? Nous verrons dans un premier temps les formes de contrôles que la société utilise et, dans un second temps, nous étudierons les limites et les difficultés qu’elle rencontre a se prémunir de débordements destructeurs.

Nous l’avons déjà vue, la société utilise un ensemble de mécanisme pour standardiser les comportements des hommes et ainsi se prémunir de débordements destructeurs. La notion de débordement destructeur n’englobe pas uniquement la criminalité, le terrorisme ou autre débordements a

en relation

  • Théorie des organisations
    731 mots | 3 pages
  • Théorie des organisations
    11614 mots | 47 pages
  • Théorie des organisations
    4883 mots | 20 pages
  • Theorie des organisation
    11434 mots | 46 pages
  • Théorie des organisation
    4272 mots | 18 pages
  • Théorie des organisations
    486 mots | 2 pages
  • Théories des organisations
    4797 mots | 20 pages
  • théorie des organisation
    11983 mots | 48 pages
  • Théorie des organisations
    2035 mots | 9 pages
  • La théorie des organisations
    5123 mots | 21 pages