A quoi peut-on reconnaître la vérité ?

Pages: 5 (1042 mots) Publié le: 8 mai 2013
A quoi peut-on reconnaître la vérité ?
Nous attribuons à la vérité, un énoncé qui correspond à la réalité. Reconnaître la vérité consiste à pouvoir la différencier de l'erreur ou de l'illusion, du faux ou du mensonge. On peut définir la vérité comme correspondance ou adéquation : adéquation entre l’intelligence qui conçoit, entre l’esprit et la réalité. En d’autres termes, la proposition : Ilneige, par exemple, est vraie si et seulement si, il neige.
Le langage courant confond souvent le vrai et le réel. On parle pourtant d’or faux, de vrai ami etc. Mais l’or faux est tout aussi réel que l’or véritable, seulement, ce n’est pas de l’or mais, par exemple, de l’argent doré. Ce qui sera faux alors, c’est la proposition implicite de la phrase : ceci est de l’or. La vérité ne concerne alorsque le discours de l’homme ; qu’on pourra définir de faux s’il s’agit d’un mensonge, ou de vrai si elle est conforme. Ainsi un homme politique qui dit la vérité ne peut être démenti par les faits. Mais le problème se complique lorsque l’on parle de vérité scientifique ou « philosophique ». Car la réalité que la science prend pour objet constitue en elle-même un problème. En science comme enphilosophie des théories se succèdent, constituant des représentations cohérentes d’une réalité qui ne va jamais de soi. La vérité est donc une construction et pas une pâle copie de la réalité.


I/ Les critères de la vérité : L’évidence

On ne sait donc pas définir simplement la vérité. Platon observe que si l’on savait ce qu’est la vérité, on n’aurait pas besoin de la rechercher, or cetterecherche est la base de la philosophie. A défaut de pouvoir définir strictement la vérité, on se concentrera donc plutôt sur la question de ses critères : à quoi peut-on la reconnaître ? La première réponse est le critère de l’évidence
Mais peut-on tout reconnaître par évidence ? Ce n’est pas nécessaire. Il suffit de connaître par évidence les premiers principes de la connaissance, « les véritéspremières », et d’établir toutes les autres par démonstration, en les déduisant à partir des premières. Ainsi, pour Descartes, l’intuition, c'est-à-dire l’évidence, et la déduction sont les deux seules voies qui conduisent à la vérité. L’ordre du vrai aurait donc un modèle : l’ordre géométrique, tel qu’Euclide, dès l’Antiquité, l’avait formalisé dans ses éléments de géométrie.
Mais le critère del’évidence s’est heurté à deux objections. La première est : l’évidence est un critère peu fiable (Leibniz) car trop subjectif. Elle se définit par le fait que la représentation d’une idée s’accompagne d’un sentiment de certitude : mais quel crédit accorder a ce sentiment ? Chacun a fait l’expérience d’évidences trompeuses. Comment peut-on distinguer l’évidence de ses trompes-l’œil ? La deuxième objectionrésulte du développement des sciences expérimentales : on ne peut traiter le monde physique comme un système mathématique et se contenter de déduire ses lois à partir « d’axiomes » évidents. Dans le domaine des sciences de la nature, le critère de la vérité doit être l’observation des faits.

II/ La Preuve et le Critère pragmatique

La seconde réponse est beaucoup plus probante : la véritédoit être soit démontrée soit démontrable. Toutefois, l’histoire des idées nous apprend que certaines « démonstrations » qui ont emporté longtemps la conviction des savants ou des philosophes se sont avérées invalides. Le syllogisme pourrait être qualifié comme une forme de démonstration (de preuve) qui peut tout de même être contradictoire aux critères de la vérité, précédemment définis, s’ils’annonce illogique. Par exemple : Tout ce qui est rare est cher, or ce qui est bon marché est rare ; donc ce qui est bon marché est cher. Cette théorie est contradictoire, elle est donc « fausse » pour celui qui l’entend, mais n’en reste pas moins vrai pour le « fou » qui a annoncé cette théorie. Les démonstrations ne sont donc pas toujours fiables pour caractériser la vérité. Ne Faudrait-il donc...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • A quoi peut-on reconnaître la liberté de l'esprit ?
  • A quoi reconnait-on la vérité?
  • En quoi peut on dire que le théêtre est à la fois le lieu de l'illusion et le lieu de la vérité?
  • Peut-on resister à la vérité?
  • Peut-on résister à la vérité ?
  • Peut-on renoncer à la vérité ?
  • Peut-on résister à la vérité ?
  • A quoi bon chercher la verité?

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !