E

4350 mots 18 pages
LA NOTION DE SEUILS DE CROISSANCE URBAINE COMME ENJEU STRATEGIQUE
DU PROJET URBAIN
EWA BEREZOWSKA-AZZAG, MAITRE DE CONFERENCES, DIRECTEUR DE RECHERCHE
ECOLE POLYTECHNIQUE D'ARCHITECTURE ET D'URBANISME, EPAU, ALGER

Introduction
S'il est admis aujourd'hui que la ville est organisée comme un écosystème, il est possible alors d'envisager son fonctionnement comme celui d'un organisme vivant doté d'une morphologie (structurelle, formelle, fonctionnelle), d'une physiologie (métabolisme urbain) et d'une forme de l'intelligence urbaine que constituent sa capacité de gouvernance et l'efficacité de portage politique de son développement.
Pour aller jusqu'au bout de cette logique, on peut alors affirmer que, comme pour tout organisme vivant, son développement obéit à un cycle de vie: naissance, croissance, maturité, mais aussi le déclin. Nombreux exemples des agglomérations essoufflées, saturées, polluées et polluantes, insuffisamment approvisionnées en eau et en énergie, en manque de l'investissement vital pour leur survie économique et au bord de l'explosion sociale, témoignent à travers le monde de cette logique de déclin. Dans les pays en voie de développement, soumis à un fort taux d'urbanisation, le cancer de l'urbanisation anarchique et de l'étalement spatial sans précèdent ronge les agglomérations, aggravant la fragmentation et les dysfonctionnements déjà existants.
Pourtant, la démarche de développement durable reconnaît l'inévitabilité de la croissance urbaine, significative du progrès de l'humanité. C'est bien la ville, témoin impitoyable de notre organisation sociétale, qui reste un moteur de développement socioéconomique, culturel et un pôle d'excellence scientifique et technologique lui permettant d'accéder au panthéon patrimonial des témoins de notre époque. L'urbanisation viable, vivable, équitablement répartie et équilibrée devient par conséquent la préoccupation primordiale de notre siècle, quelque soit la latitude géographique, le système politique ou

en relation

  • '(-È-y'(è-'(
    332 mots | 2 pages
  • L E
    252 mots | 2 pages
  • E nombre e
    12583 mots | 51 pages
  • S E M
    1027 mots | 5 pages
  • E
    2237 mots | 9 pages
  • E
    264 mots | 2 pages
  • E
    692 mots | 3 pages
  • M D E
    850 mots | 4 pages
  • E-logistique et e-commerce
    2158 mots | 9 pages
  • e-logistique et e-commerce
    72443 mots | 290 pages