· L’organisation du travail connaît-elle véritablement une mutation ?

2089 mots 9 pages
L’idée selon laquelle l’émergence des Nouvelles Formes d’Organisation du Travail depuis les années 1970 est venue améliorer les conditions de travail dans l’entreprise est largement répandue, et le cliché de l’ouvrier « col bleu » opprimé par les « cols blancs » et les cadences infernales semble bel et bien passé de mode dans l’imagerie populaire. Il est toutefois légitime de s’interroger sur la nature de ces NFOT : constituent-t-elles une mutation à part entière, ou ne sont-elles finalement qu’une simple adaptation des modèles anciens aux nouvelles réalités économiques ?
L’organisation du travail désigne les différents systèmes mis en place dans les entreprises pour accroître la productivité, grâce à une utilisation plus rationnelle du travail. Une mutation correspond à un changement durable, à une véritable évolution.
Après avoir étudié les changements opérés dans l’organisation du travail, nous tâcherons de les analyser et de déterminer si oui ou non ils constituent une véritable mutation.

Avant de présenter les nouvelles formes d’organisation, il convient d’étudier ce qui a conduit à l’abandon de l’ancien système.

Depuis le début du XXe siècle aux Etats-Unis (et après la Seconde Guerre mondiale en Europe), le modèle tayloro-fordiste – qui conduit à des gains de productivité faramineux – est adopté par un très grand nombre industries. L’objectif de l’ingénieur américain Frederick W. Taylor, avec son « Organisation Scientifique du Travail », est d’éliminer la « flânerie ouvrière », c’est-à-dire la résistance à l’intensification du travail, résistance rendue possible par la maîtrise des ouvriers sur leur métier. Taylor va alors leur retirer la préparation de leur travail pour la confier à un bureau des méthodes, l’ouvrier étant alors cantonné à une tâche simplifiée que n’importe qui peut effectuer après une courte formation (il pousse là à l’extrême raisonnement d’Adam Smith : si un ouvrier se spécialise dans une tâche, il l’accomplira plus facilement). On

en relation

  • L'organisation du travail connaît-elle véritablement une mutation ?
    1179 mots | 5 pages
  • L'organisation du travail connait-elle véritablement une mutation
    1487 mots | 6 pages
  • Gestion des ressources humaines
    4871 mots | 20 pages
  • science economique
    1617 mots | 7 pages
  • Prise en charge
    4444 mots | 18 pages
  • Organisation du travail
    3357 mots | 14 pages
  • Partenariat
    3364 mots | 14 pages
  • Management des organisations
    15031 mots | 61 pages
  • La légitimité culturelle
    1855 mots | 8 pages
  • Le désengagement militant
    5564 mots | 23 pages