L'écriture blanche chez paul auster, alberto moravia et georges perec

Pages: 52 (12840 mots) Publié le: 27 juin 2010
DEUXIEME PARTIE

II

L’Ecriture
Une immobilité blanche




1. Une poétique du blanc
A. « Le grand silence du blanc »
Aimantés vers un horizon d’absence et d’indistinction, les personnages trouvent leur reflet aux abords des pages, dominées par le champ lexical de la blancheur. On assiste à une propagation de la blancheur, propre et figurée. Cet avènement du blanc répond àcette nouvelle forme d’écriture « blanche » et « neutre » qu’évoque Roland Barthes dans Le degré zéro de l’écriture. S’exprimant sur l’écriture du silence de Stéphane Mallarmé, Roland Barthes en vient à analyser cette nouvelle forme qui touche l’ère moderne littéraire :
Dans ce même effort de dégagement du langage littéraire, voici une autre solution : créer une écriture blanche,libérée de toute servitude à un ordre marqué du langage. (…) l’écriture se réduit alors à une sorte de mode négatif dans lequel les caractères sociaux ou mythiques d’un langage s’abolissent au profit d’un état neutre et inerte de la forme ; (…).
« Etat neutre » que vient dénoncer, dans nos œuvres respectives, l’envahissement du blanc. Dans Les Indifférents, la couleur blanche sert à la fois àdésigner l’espace dans lequel évoluent les personnages et investit aussi le domaine psychologique. La chambre de Carla dispose de meubles « blancs, bas, hygiéniques » et « de murs blancs » et l’on croise « un vestibule, petite pièce carrée aux murs blancs, pavée en losange. ». D’autre part, le blanc caractérise la luminosité. Au début du chapitre quatre, Carla oublie d’éteindre « sa lumière blanche »et lors du dîner quotidien « un jour blanc envahit la pièce. » La lumière vampirise littéralement les personnages en effaçant leurs contours, comme le suggère cet extrait :
(…) mais une blancheur triomphante les abolissait et semblait régner seule entre les quatre murs où, par contraste, meubles et tableaux se confondaient dans la même ombre noire.
Le blanc révèle aussi un malaisepersistant, une sorte de nausée dont est victime principalement le personnage de Carla :
Un blanc malaise l’opprimait ; un blanc fantôme, une blanche langueur qui, par les fenêtres voilées, se glissait dans la pièce, serrait son cœur tremblant dans une énorme main de coton ; à chaque étreinte, l’ouate cédait avec un crissement, ses yeux s’embrumaient et, autour d’elle, tout devenait blanc (…). 
ChezAlberto Moravia, le blanc est une lumière aveuglante qui limite le champ de vision et aplatit les traits et les contours des personnages. Il semble matérialiser à la fois l’ignorance dans laquelle les êtres aiment à se complaire et l’incompréhension qui régit leur système de communication. C’est aussi à cet aveuglement que renvoie le rêve étrange de Marie-Grâce, qui se trouve victime d’une tempêtede neige :
La neige tombe, si serrée et si violente que bientôt je n’y vois plus ; j’en ai plein les yeux, les cheveux, les oreilles ; je ne fais que trébucher, tomber, me relever et j’ai froid à en claquer des dents….
Pour Georges Perec, la couleur blanche est constitutive et constituante de son écriture. Comme le souligne Claude Burgelin, cette couleur apparaît comme une des clefs de lectureà l’approche de son œuvre :
S’impose d’abord la présence obsédante du blanc. (…) Blanc, figure parfaite de l’annulation. Blanc de la souffrance et de hurlements rentrés. Blanc ou l’oubli. Blanc de la non trace. C’est de la page blanche que jaillit Espèces d’espaces, mais c’est une toile blanche que nous laisse Valène. Tout vient du blanc et tout y retourne. Couleur de la mort sur laquelle il fautinscrire nos traces. Couleur de l’absence du sens, couleur de la disparition inaugurale, couleur de l’indicible. 
Dans Un homme qui dort, le blanc envahit l’univers romanesque de manière déguisée, par le biais notamment de l’intertextualité. En premier lieu, on s’intéressera au tableau de René Magritte, La reproduction interdite, disposé sur le mur de la chambre du héros dans le film de...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Alberto moravia
  • Paul auster
  • Paul auster
  • Paul auster
  • Le conformiste, alberto moravia
  • Georges perec
  • Paul auster
  • Georges perec

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !