L'audit

Pages: 9 (2018 mots) Publié le: 27 février 2012
L’audit est une méthode d’évaluation utilisant un référentiel et qui permet la description suivie d’une analyse aboutissant à des propositions ou des recommandations. Il est réalisé par une personne ou l’organisme n’assurant pas responsabilité dans le secteur intéressé. Il a pour caractéristique de mesurer les écarts entre la pratique observée et la pratique attendue, généralement expriméedans les recommandations professionnelles.
Il s’agit d’un audit portant sur la préparation cutanée de l’opéré. L’audit est de type direct. Il est composé d’interviews de patients et de soignants ainsi que d’observations directes de pratiques professionnelles. Le champ d’application porte sur le domaine public malgré le fait que cette enquête soit proposée à tous lesétablissements de santé publics et privés. Il regroupe cinq spécialités chirurgicales qui sont :
* Digestif et viscéral
* Orthopédie et traumatologie
* Thoracique et vasculaire
* Urologie
* ORL

La population regroupe cent patients répartis en vingt patients par spécialité, âgés de plus de 18 ans, en intervention programmée non ambulatoire. Ces derniers hospitalisés la veille del’intervention. L’audit se présente en trois parties : questionnement (patients, IDE, AS), observation et traçabilité. Le choix des critèresporte sur les questions 2 et 3 du référentiel du 5 mars 2004, à partir de la Conférence du consensus organisé par la Société Française d’Hygiène Hospitalière (SFHH). Dans un premier temps, nous traiterons et analyserons les données de l’audit. Dans un second temps, nous proposerons des axes d’amélioration ainsi que des actions établies sur l’analyse des résultats trouvés.

Pourcommencer notre analyse nous avons pu constater que la population étudiée est constituée à part égale d’hommes et de femmes, dont la majorité est âgée de 41 à 70 ans.
Concernant la présence de plaquettes d’informations nous observons que sur 100 patients, seul 62% en ont reçus une et l’ont comprise. Concernant l’explication orale de la procédure par le personnel, 74% des patients ont reçu uneinformation orale. Cependant, des disparités existent entre les services. Par exemple, seul 2 patients sur 20 ont reçu l’information en orthopédie alors que 19 patients sur 20 l’ont reçu en thoracique/vasculaire. Le contenu du référentiel, question 3.1, nous informe qu’il y a obligation d’information sur les risquesinfectieux opératoires. De plus, le grade de recommandation est de catégorie A. Hors nous constatons que seulement 62% le respectent.
Nous observons maintenant les données concernant la double douche et de la dépilation.


La dépilation et son mode de réalisation

| TONDEUSE | RASOIR | NON NECESSAIRE | NON FAIT |
orthopédie | 20 | 0 | 0 | 0 |
digestif | 15 | 5 | 0 | 0 |Thoracique et vasculaire | 18 | 0 | 2 | 0 |
urologie | 20 | 0 | 0 | 0 |
ORL | 3 | 2 | 11 | 4  |

Dans l’ensemble des spécialités, 76% utilisent la tondeuse, 7% utilisent le rasoir, 13 % n’ont pas besoin de dépilation. En revanche, nous constatons que 4% ne font pas de dépilation. Nous pouvons remarquer que la technique de dépilation est globalement respectée selon le référentiel.Cependant la présence de dépilation par rasoir mécanique reste encore présente. C’est le cas dans le service de digestif et ORL. Il s’élève à 7 patients sur 100 dont 2 patients en ORL et 5 en digestif. D’après le référentiel il est fortement recommandé de ne pas faire de rasage mécanique la veille de l’intervention (grade E-1) et de privilégier la tonte ou la dépilation chimique (grade B-1)....
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • l'audit
  • L'audit
  • L'audit
  • L'audit
  • L'audit
  • L'audit
  • L'audit
  • L'audit

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !