L'histoire, la connaissance historique

Pages: 5 (1243 mots) Publié le: 26 mars 2013
L’histoire comme connaissance serait née avec Hérodote (480-420 av. J.-C.) que Cicéron (106-43 av. J.-C.) nommait « le père de l’histoire ». Hérodote prit pour thème de son récit les guerres qui opposèrent par deux fois les cités grecques alliées à l’empire perse (490-479 av. J.-C.) et qui s’achevèrent par la défaite des Perses.
« Historia » signifiait en grec « enquête ». C’est la raison pourlaquelle, non seulement le terme désignait une recherche concernant les événements contemporains ou passés, mais également toute recherche concernant des faits constatables. « L’histoire naturelle » a longtemps désigné la description des animaux.
Toutefois, dès Hérodote, l’histoire relative à l’homme a eu une spécificité. En effet, celui-ci indique quel but son ouvrage poursuit :
« Voici laprésentation de la recherche d’Hérodote de Thourioi [Ou d’Halicarnasse ; dans l’Antiquité, il était d’usage pour un auteur de parler de lui à la troisième personne du singulier] pour que d’un côté les événements suscités par les hommes ne soient pas effacés par le temps et de l’autre que les grandes et admirables actions, présentées soit par les Grecs soit par les Barbares, ne perdent pas leur renom, –recherche en particulier de la cause pour laquelle ils se firent la guerre. » Hérodote, Histoires, 1.
À la différence des faits naturels qui se répètent et qui sont donc toujours accessibles à l’enquête, les actions humaines sont éphémères. (Sur cette opposition, cf. Hannah Arendt (1906-1975), La crise de la culture, II Le concept d’histoire). Elles ne durent pas comme les choses de la nature oumême comme les objets techniques ou les œuvres d’art. Agir, ce n’est pas faire, parce que l’œuvre de l’agir, c’est celui qui agit pendant qu’il agit. C’est pourquoi Aristote (384-322 av. J.-C.) écrivait :
« Tandis que la production (…) a une fin autre qu’elle-même, il n’en saurait être ainsi pour l’action, la bonne pratique étant elle-même sa propre fin. » Aristote, Ethique à Nicomaque, VI,chapitre 5.
Les arts d’exécution comme la danse se rattachent plus à l’action que les arts de la production comme la peinture. La guerre comme la politique sont de l’ordre de l’action puisque le combat ou la décision commune concerne ceux-là même qui la mettent en œuvre. L’histoire humaine a donc bien un objet spécifique et un but non moins spécifique. Elle a les actions éphémères des hommes àconnaître et pour but de les conserver dans la mémoire. En ce sens, elle se distingue de l’histoire naturelle dont l’objet est toujours présent et surtout qui n’agit pas.
Avant l’histoire, c’est la poésie qui, chez les Grecs, avait pour tâche de conserver le souvenir des grandes actions. L’histoire s’en distingue en ce qu’elle vise des actions réelles et non les actions fictives célébrées notamment parles poètes comme Homère. Cette référence à la réalité est bien ce qui distingue le poète de l’historien selon Aristote :
« … la différence entre l’historien et le poète ne vient pas de ce que l’un s’exprime en vers et l’autre en prose (on pourrait mettre en vers l’œuvre d’Hérodote, ce ne serait pas moins une histoire en vers qu’en prose) ; mais la différence est que l’un dit ce qui a eu lieu,l’autre ce qui pourrait avoir lieu … » Aristote, Poétique, chapitre 9 (traduction Dupont-Roc et Lallot modifiée, Seuil, 1980).
Cette distinction entre poésie et histoire est thématisée par le second grand historien, Thucydide (455-404 ? av. J.-C.). Il oppose l’histoire non seulement à la façon des poètes mais aussi des logographes soucieux de charmer les oreilles plutôt que de vérité (cf. Histoire dela guerre du Péloponnèse, I, 21). C’est en ce sens que l’histoire vise à la connaissance. Elle constitue alors « un trésor à jamais » selon le mot célèbre de Thucydide dans son Histoire de la guerre du Péloponnèse (I, 22).
En outre, comme l’indiquait Hérodote, il s’agit de trouver la (ou les) cause (s) des faits. Même si on trouve encore chez ce dernier des explications proches de la...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • La connaissance historique est-elle essentiellement interprétative ?
  • Vision de l'histoire
  • Contexte historique: l'histoire des chevaliers
  • L’action politique doit-elle être guidée par la connaissance de l’histoire ?
  • La connaissance de soi
  • Pour la connaissance
  • Connaissance
  • Connaissance

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !