L

440 mots 2 pages
L.A La mort simple_Alain Bosquet

Nous allons analyser le poème, La mort simple , issu du recueil, Sonnets pour une fin de siècle (1980) écrit par Alain Bosquet. Cette œuvre s'inscrit dans le courant surréaliste. Ce mouvement culturel et littéraire se développe dans la première moitié du XXème siècle. Il a pour but de créer des surprises et de susciter des rencontres étonnantes. Les surréalistes pratiquent l'écriture automatique qui consiste à écrire de manière spontané sans contrôle de la part du conscient. Les poètes surréalistes cherche à produire une révolution littéraire en renouvellent la syntaxe, la versification et le lexique. Poète observateur de son siècle Alain Bosquet exprime dans ses poésies une vision parfois empreinte de dérision. Alain Bosquet, dans son recueil Sonnets pour une fin de siècle publié en 1980, reviens à l’une des formes poétiques fixes les plus anciennes, venue d’Italie et en faveur en France à la Renaissance : le sonnet, qui obéit à des contraintes strictes et est le plus souvent consacré au lyrisme. Dans ce poème l'auteur raconte une histoire pour le peu surprenante, puisqu'il est mis au courant de sa propre mort. L'auteur utilise clairement le thème du carpe diem. Cette expression est tiré des vers Horace, qui signifient « cueille le jour, sans te soucier du lendemain ». Elle appartient à la pensé épicuriste, c'est à dire de profiter de l'instant présent(enjeux).

PB : Comment Alain Bosquet surprend t-il le lecteur en retournant le thème du carpe diem ?

I- surprise de la mort à travers le récit et le discoure
II- le jeu sur la poésie du Carpe Diem

I- poème débute sur un récit encadrant avec référence temporelle =>imparfait, passé composé
- 3 premiers vers sont au récit passé=>temps=>action révolue
- analepse => vers 1 à 3
- prolepse => vers 12 à 14
- 1er strophe => vocabulaire banale, situation banale, récit banale
- «bougon» => familier
- Bosquet prend parti du réalisme
- banalité effacer au début du vers 3
- Bosquet ménage la

en relation