Antéchrista

par

Résumé

« Lepremier jour, je la vis sourire. Aussitôt, je voulus la connaître ». Cettepremière phrase marque le début d’un duel entre deux jeunes filles. Blanche Hast est la narratrice del’histoire, elle raconte comment sa vie est envahie et même empoisonnée parcette nouvelle « amie ». L’action se déroule essentiellement dans laville de Bruxelles, en Belgique, plus exactement à l’université, le lieu deleur première rencontre.

Unesemaine plus tard, les deux jeunes femmes échangent un regard qui accentue lagêne de la narratrice. Puis, le jour suivant, elles se parlent enfin : lanarratrice se nomme Blanchetandis que l’autre s’appelle Christa.Elle dit qu’elle a seize ans et trois mois (la narratrice a seize anségalement, depuis un mois) et qu’elle parle allemand, puisqu’elle habite dansles Cantons de l’Est. Après ce premier échange très court, Blanche désire ardemment devenirl’amie de Christa, décidemment troublée lorsque celle-ci la raccompagne chez elle unsoir après les cours. On apprend alors que Christa retourne chaque soir dans les Cantons de l’Est en effectuantquatre heures de trajet. Elle tient souvent compagnie à Blanche et elle lui explique combien celle-ci est chanceused’habiter tout près. Déjà Blanchese sent mal à l’aise dès que Christarit de ses remarques : « ellem’avait trouvée risible : était-ce une marque d’amitié ou de mépris ?Moi, cela m’avait fait mal. C’est que je tenais déjà à elle. »

Lorsd’un cours commençant à huit heures le mardi suivant, Christa paraît très fatiguée : elle explique à Blanche qu’elle s’est levée à quatreheures du matin pour venir de Malmédy, son village, jusqu’à l’université.Poussée par la culpabilité et l’envie d’aider sa nouvelle « amie », Blanche en parle à ses parents quiacceptent de loger Christa lelundi soir. Celle-ci ne remercie pas Blanche,mais prend ses affaires le lundi suivant. Étrangement, elle ne lui adresse pasla parole jusqu’à ce que les autres élèves ne puissent plus les voir.

Arrivéechez Blanche, Christa pose beaucoup de questionssur ses parents et sur sa vie (on apprend que les parents de Blanche sont professeurs tous lesdeux ; le père enseigne le latin et le grec, la mère la biologie).Violemment, elle prend le lit de Blancheau lieu du lit pliant, et fouille dans son armoire. Ayant trouvé une robe à songoût, elle se met entièrement nue pour l’essayer, puis force Blanche à se mettre nue également, cequi traumatise la narratrice qui finit tout de même par le faire pour plaire à« son amie » : « À sixans, se déshabiller n’est rien. À vingt-six ans, se déshabiller est déjà unevieille habitude. À seize ans, se déshabiller est un acte d’une violenceinsensée ». Blanche semet donc nue et supporte les remarques de Christa qui compare leurs deux corps dans un grand miroir etforce Blanche à regarder. Ellepointe les défauts de Blancheet lui conseille notamment de faire des exercices pour développer la taille desa poitrine. Lorsque Blanchetente de se rhabiller, elle lui vole ses vêtements et la force à courir aprèselle pour les récupérer : « Àla seconde où ma mère pénétra dans l’antre de mon sacrifice, le rire deChrista, démoniaque, devint la fraîcheur même – une franche hilarité, sainecomme son corps ». Christachange donc d’attitude au moment où la mère de Blanche entre dans la chambre, et parvient à faire passer lascène d’humiliation pour une scène de camaraderie adolescente. La mère, charméepar la nouvelle amie de sa fille, n’insiste pas. Une fois seules, Christa pose à nouveau beaucoup dequestions sur la famille de Blanche,quand celle-ci tente de lui retourner les questions, elle n’obtient aucuneréponse mais plutôt des remarques blessantes.

Aumoment du dîner, Christa faittout pour séduire les parents de Blanche(Michelle et François) et y parvient : ellese présente comme une fille venue d’un milieu défavorisé, et explique qu’ellepaie elle-même ses études en travaillant dans un bar. Jouant son rôle à laperfection, elle s’attire l’admiration des parents et parvient à les tutoyersans problème. Blanche contientsa colère mais pense finalement s’être trompée sur la nature méchante de Christa lorsque celle-ci lui dit qu’elleest contente de passer la nuit dans leur appartement. Apaisée par ces paroles, Blanche se convainc de l’avoir maljugée. Cependant, dès le lendemain, après avoir remercié, avec chaleur, lesparents de Blanche, Christa ne daigne plus lui adresserle moindre mot toute la journée, comme si leur soirée passée ensemble n’avaitjamais eu lieu.

Une foisrentrée chez elle, Blanche estaccueillie par ses parents totalement séduits par Christa : ils ne tarissent pas de compliments sur elle etveulent la revoir très vite. Blanchecache la vérité, et se rend seule dans sa chambre où elle contemple à nouveauson corps nu. Presque contre sa volonté, elle critique sa poitrine commel’avait fait Christa et se metmême à effectuer les exercices que la jeune fille lui a montrés. Le lendemainelle tente d’ignorer Christa,mais celle-ci se montre amicale avec elle : Blanche lui transmet donc l’enthousiasme de ses parents etl’invite à revenir le lundi suivant.

Le lundisoir, Christa dîne avec Blanche et ses parents, et encore unefois, elle les séduit par son naturel et son rire contagieux. Elle donne mêmeplus d’informations sur elle aux parents de Blanche qu’à « son amie » : Christa a un petit copain, Detlev, qui travaille dans le mêmebar qu’elle. En expliquant pourquoi elle a choisi d’étudier les sciencespolitiques, Christa en profitepour interroger Blanche, mal àl’aise pour argumenter en public ; sa gêne la rend presque muette :« Mes parents soupirèrent. Jecompris que Christa m’avait interrogée dans le seul but de m’humilier devanteux. C’était réussi : à leurs yeux, je n’arrivais pas à la cheville decette jeune fille admirable ». Le summum du malaise de Blanche survient lorsque ses parentsdemandent à Christa de la fairesortir et rencontrer des gens.

Une foisà l’université, Christaprésente donc très sommairement Blancheà ses amis, sans l’intégrer plus que ça aux conversations. Prise de panique, Blanche s’enfuit rapidement du groupeet Christa l’accuse de ne pasavoir respecté ses efforts pour l’intégrer.

Le lundisuivant, Blanche demande desdétails à Christa sur Detlev, son petit ami, et elle lui enfait un portrait théâtral : « ilfume, avec beaucoup de classe. Il a de la gueule. Grand, blond. Quelque chosede David Bowie. Il a un passé, il a souffert ». Elle blesse Blanche par ses sarcasmes en luidisant qu’elle est vierge et que ça se voit, que personne ne l’a jamais aiméeet qu’elle ne peut pas savoir ce que signifie être adorée par quelqu’un. Cesremarques font réfléchir Blanchequi se désole en secret de sa vie amoureuse inexistante : « Je n’avais jamais vu s’allumer pour moi,dans l’œil d’autrui, la flamme qui console de vivre ». Elle serappelle un épisode particulièrement blessant. À quinze ans, elle avait tentéd’intégrer un trio d’amies (Valérie, Chantal et Patricia) mais même en ayantpassé six mois à les suivre et à leur parler, elle n’était jamais parvenue às’intégrer dans leur groupe : « J’étais invisible. C’était ça, mon problème ». Blanche comprend alors que Christa a remarqué cette solitudedévorante et s’en sert pour s’approprier ce que Blanche possède.

Le lundid’après, Christa s’absente.Elle n’a prévenu personne et Blancherentre donc seule chez elle ; ses parents s’inquiètent immédiatement pour Christa et accuse Blanche de n’avoir aucune informationsur elle pour pouvoir la joindre en cas de problème. La mère de Blanche est effrayée par laperspective d’une dispute entre Blancheet Christa, ce qui désole safille. Le lendemain à l’université Blanchedemande à Christa la raison deson absence. Celle-ci répond avec détachement et demande à Blanche de l’excuser auprès de sesparents, qui la pardonnent instantanément.

Lorsque Christa revient dans la famille lelundi suivant, le père de Blanche,François, propose à Christa d’habiter toute la semaineavec eux et de dormir dans la chambre de Blanche.Christa feint d’être gênée etattend que les parents la supplient presque de rester pour accepter. Blanche est désespérée et se sentimpuissante face à la situation tandis que sa prétendue amie saute de joie etconsidère désormais les parents de Blanchecomme sa seconde famille. Personne ne demande réellement l’avis de Blanche sur la question :« Ma mère vint embrasser Christaqui plissait le nez de plaisir. Mon père rayonnait. J’étais orpheline. »

Blanche profite difficilement de sa dernièrenuit seule dans sa chambre jusqu’au retour de Christa qui ramène toutes ses affaires, notamment des postersqu’elle colle au mur sans demander la permission à Blanche, et des CD de musique (du rock allemand, qui épouvante Blanche mais qu’elle subit enfeignant même de bien aimer ce type de musique). À l’université,Christa se force à intégrerplus activement Blanche dansson groupe d’amis, mais elle s’en sert surtout de faire-valoir. Le soir, ellese félicite d’être parvenue à intégrer Blanche.

Le récits’attache ensuite à décrire le quotidien des deux adolescentes : Blanche, autrefois fascinée par lalittérature, ne peut plus lire un livre sans être dérangée par les bavardagesde Christa, qui lit très peumais se vante de son peu de lecture devant les parents de Blanche. Admiratifs, une fois encore,ils demandent à la jeune fille d’emmener Blancheà des soirées universitaires pour qu’elle s’amuse : « Il y avait là un bruit abominable […] Onavait le choix entre suffoquer dans la fumée des cigarettes ou rester près dela porte béante et y attraper une pneumonie. Un éclairage infect rendait lesgens encore plus laids ». À lasoirée, Christa la laisse touteseule et Blanche se faitinviter à danser par un garçon, Renaud,qui ne tarde pas à l’embrasser pendant de longs moments. Lorsque Christa vient rechercher Blanche pour rentrer, celle-ci esttout de même émue d’avoir reçu son premier baiser, même si Christa se moque de sa naïveté. Lelendemain Christa annonce auxparents de Blanche que celle-cia embrassé un garçon ; tous les trois se moquent du manque d’exigence dela jeune fille et le père de Blancheremercie Christa d’avoir permisà Blanche de vivre cetteexpérience. Hors d’elle, Blanchefinit par menacer Christa de neplus l’accueillir chez elle si elle continuait à dévoiler ses secrets à sesparents. Étonnée de cette rébellion, Christaaccepte de se taire ; Blanchesavoure cette victoire.

Dèslors, Blanche l’observe avecplus d’attention et en déduit qu’elle a en quelque sorte deux visages, celuid’un ange qu’elle montre en public, et un masque de mépris qu’elle porte en laprésence de Blancheuniquement : « Quand untiers entrait, la métamorphose ne prenait pas une seconde, c’étaitspectaculaire. […] L’équation s’énonçait ainsi : Christa étaitaussi belle qu’Antéchrista était hideuse ». Se sentant étoufféetoute la semaine, Blanche profiteavec joie de ses weekends seule dans sa chambre. Au retour de Christa, le dimanche soir, lesparents de Blanche sontextrêmement heureux, alors que le seul intérêt de Blanche est d’en apprendre plus sur Detlev, sujet qui la passionne en secret. Christa explique qu’elle n’a pas dephotos de lui, à la grande déception de Blanche.Pendant quelque temps, les soirées étudiantes s’enchaînent et Blanche embrasse chaque soir ungarçon différent sans jamais aller plus loin. Christa critique cette activité paradoxale de « fillefacile » qui plaît pourtant à Blanchecar elle ne s’aventure jamais plus loin. Elle lui rappelle constamment quec’est une honte d’être toujours vierge à seize ans, mais Blanche ne s’en soucie pas.

À l’université,Blanche tente de trouver uneautre amie afin de se libérer du joug de celle qu’elle nomme « Antéchrista», et tente de sympathiser avec Sabine,une autre fille perdue qui lui ressemble, mais qui prend peur dès que Blanche lui pose des questions pournouer contact avec elle. Christaest heureuse de voir que Blancheéchoue à se faire d’autres amies.

Vient lapériode des partiels : les deux filles révisent leurs écrits et leurs oraux.Christa obtient d’excellentsrésultats car elle est très à l’aise à l’oral. Cependant Blanche obtient 18/20 en philosophie,à l’écrit, alors que Christan’obtient que 14. Après être passée dans le bureau du professeur pour confirmerqu’il n’y a pas eu d’erreurs dans les résultats, Blanche annonce la nouvelle à Christa, qui s’empresse de prouver que sa note n’est pasméritée. Christa se rend mêmedans le bureau du professeur sans savoir que Blanche y est déjà allée, et revient furieuse d’avoir été doubléepar Blanche. Elle se venge endisant aux parents de « son amie » que celle-ci se vante d’avoir euune meilleure note qu’elle à l’écrit. Évidemment, les parents de Blanche défendent Christa et blâment leur fille pourson orgueil mal placé. Les vacances de Noël arrivent et Christa repart à Malmédy.

Blanche et sa famille passent les fêtes chez latante Ursule, et ne cessentd’évoquer Christa, de dire àquel point elle leur manque. Lorsqu’elle revient en janvier avec une galettepour la fête des Rois, une dispute éclate : personne ne trouve la fève etles parents de Blanchedécrètent que c’est forcément elle qui l’a avalée sans s’en rendre compte.L’absurde de la situation est poussé à son comble lorsqu’ils donnent lacouronne à Christa, en lafaisant symboliquement la reine de la famille et en accusant Blanche d’en être jalouse. Désormais,Christa a presque pris laplace de Blanche : elle occupe sa chambre et accapare l’attention detous. Les parents de Blanchecommencent même à organiser des dîners uniquement pour présenter Christa à leur entourage. Les invitésne remarquent même plus Blancheet Christa profite de lasituation, et va même jusqu’à critiquer ouvertement les parents de Blanche, les accusant de se servird’elle pour se rendre intéressants. Cette découverte achève de confirmer lahaine de Blanche pour Christa. La narratrice comprend que« son amie » est narcissique et n’aime que sa propre personne. Blanche décide de profiter de sondépart pour agir.

Blanchese rend seule à Malmédy pour en apprendre plus sur Christa et sur sa vie réelle : elle cherche pendantlongtemps le bar où Christa et Detlev sont censés travailler. Aubout de quelque temps, elle rencontre un « gros blondasse » quis’avère être le Detlev dont Christa avait vanté la beauté.D’autres mensonges sont découverts : ses parents ne sont pas pauvres maisbien au contraire habitent une belle grande demeure au cœur de la ville, et lepère de Christa dirige lesusines Bildung. Blanche prenddes photos de ses découvertes sous prétexte de faire une surprise à « sonamie ». Elle rentre et les montre à ses parents, qui s’obstinent àdéfendre Christa, jusqu’à ceque le père de Blanche appelleen personne Monsieur Bildung,le père de Christa. Celui-cin’est pas très amical et la famille de Blancheapprend que Christa demande del’argent tous les mois à son père pour soi-disant payer le loyer de la chambrequ’elle occupe chez Blanche.Après ces mensonges et cette humiliation, les parents de Blanche cherchent toujours àcomprendre l’attitude de Christa,sans vraiment être en colère. Cependant le sujet devient tabou dans la famillejusqu’au retour de la jeune fille. Une fois revenue dans la famille de Blanche, Christa ne sait rien des découvertes récentes. Les parents de Blanche lui demandent tout de suitede s’expliquer : d’abord paralysée, puis très agressive, elle ne parvientpas à trouver d’explication valable et dit n’avoir fait ça que pour avoir del’argent. Enfin, elle clame : « Vous ne me méritez pas ! » et va faire ses bagagespour partir de l’appartement peu de temps après.

Lesjours suivants, Christa cherchela dispute avec Blanche partous les moyens. Àl’université, elle vient la critiquer. À lamaison, les parents reçoivent une lettre menaçante du père de Christa à propos d’un chantagefinancier qui n’a jamais existé, une lettre de sa femme qui accuse la mère de Blanche d’avoir voulu voir Christa nue. En somme, la jeune filledéforme la vérité afin de faire accuser la famille de tous les torts. Elle selance dans une véritable campagne diffamatoire et parvient à faire en sorte quetous les autres élèves détestent Blanche.Un matin, alors qu’un professeur est absent, Blanche entre dans l’amphithéâtre où Christa est en train de parler d’elle en mal à tous les autresétudiants. Sans violence ni haine, Blancheeffectue un tour de force : elle prend le visage de Christa dans ses mains et lui donneun long baiser. On ne revoit plus Christaà l’université après cela, et Blancheobtient le respect de tous.

En find’ouvrage, on apprend que Blanchea raté ses examens en juin mais qu’elle profite de ses vacances seule pour sereposer et lire. Parmi ces journées vides et silencieuses, elle fête sesdix-sept ans. Elle finit par éprouver le désir de se voir nue dans un miroir,comme avec Christa, eteffectuer les exercices pour développer la taille de sa poitrine conseillés parson « amie. » La dernière phrase du roman montre que l’influence dela jeune Christa ne sera jamaistotalement effacée : « Ainsi,sa volonté fut faite, et non la mienne ». 

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Résumé >