Baby-sitter blues

par

Marie-Aude Murail

Chronologie : Vie & Regards sur les œuvres principales

 

1954 : Marie-Aude Murail naît au Havre d’un père poète, peintre, et d’une mère journaliste et vendeuse en beauté. L’art est important dans ce foyer, et les frères et sœur de Marie-Aude emprunteront également la voie de la création. Dès treize ans, elle écrit des histoires. Elle étudiera ensuite les lettres modernes à la Sorbonne. Son intérêt pour la littérature jeunesse se traduit dès lors par une thèse intitulée Pauvre Robinson ! Ou pourquoi et comment on adapte le roman classique au public enfantin, soutenue à vingt-cinq ans. Elle confronte aussi ses textes aux regards à travers des concours organisés par le ministère de l’Éducation Nationale et des magazines féminins.

1986 : C’est avec des romans pour adultes que Marie-Aude Murail emprunte le chemin de l’édition en dehors de la presse. Son roman Passage est édité à Lausanne en 1985 ; il est  suivi de Voici Lou l’année suivante. En 1987, s’opère le virage définitif vers la rédaction de textes pour la jeunesse. Elle se met à collaborer avec plusieurs magazines du groupe Bayard : J’aime lire, Astrapi et Je bouquine. Son premier ouvrage dans le genre, Mystère, paraît cette année-là chez Gallimard.

1988 : Les œuvres de Marie-Aude Murail commencent à paraître à L’École des loisirs. Le Chien des mers est un grand succès de librairie. Il raconte les aventures de Jean, neuf ans, issu d’une famille de corsaires, embarqué comme mousse sur le bateau du titre. Suit en 1989 Le Hollandais sans peine, qui raconte l’histoire d’un petit garçon peu fait au système scolaire mais néanmoins intelligent, dont le père a décidé qu’il apprendrait l’allemand pendant les vacances. C’est finalement à un étrange hollandais qu’il va être initié auprès de son nouvel ami « Niclausse », alors que sa famille se trouve dans un camping an Allemagne. Grâce à ces deux livres, Marie-Aude Murail remporte deux années de suite le prestigieux prix Sorcières.

Toujours en 1989 paraît Baby-sitter blues, qui entame une série de sept volumes dont Émilien, un adolescent, est le héros. Dans ce premier titre, motivé par l’achat d’un magnétoscope, Émilien se met au baby-sitting, et très sérieusement, puisqu’il lit même un ouvrage sur l’éducation de l’enfant. Il s’attache beaucoup à Anthony, un petit garçon de...

Inscrivez-vous pour continuer à lire  >

Dissertation à propos de Baby-sitter blues