Cinna

par

Résumé

            Acte I

 

Émilie est la fille de C. Toranius, tuteur de l’empereur Auguste, que celui-ci a proscrit en accédant au pouvoir par la force, et qui considère désormais Émilie comme sa fille. Nous sommes à Rome dans l’appartement de la jeune femme. Émilie, seule en scène, se lamente car un dilemme insoluble l’accable : depuis que son père est mort, elle ressent l’urgence de le venger du traitement qu’Auguste lui a infligé mais pour ce faire elle a besoin de l’intervention de Cinna, son amant, qu’elle perdra s’il se charge de tuer Auguste pour elle. Durant toute la scène, dans la plus pure tradition cornélienne, le cœur d’Émilie balance entre l’amour et l’honneur. Toutefois, elle semble décidée à la fin à venger son père.

            Fulvie, confidente d’Émilie, essaie de la raisonner et de la faire opter pour un stratagème plus subtil mais Émilie, malgré quelques hésitations toujours persistantes, tient à ce qu’Auguste soit tué.

            Cinna vient informer Émilie que le renversement d’Auguste est en bonne voie, qu’il a trouvé de nombreux soutiens. Il rapporte les discours qu’il a utilisés pour les convaincre en une longue tirade, et cela permet de découvrir que Cinna ressent une haine sincère pour Auguste, qu’il déteste notamment la manière dont, sans scrupules, il a plongé Rome dans une guerre civile écœurante. Demain, Cinna poignardera Auguste pendant que l’empereur donnera un sacrifice au Capitole. Il ne reste plus qu’à savoir si la majorité romaine sera avec ou contre Cinna. Quoi qu’il arrive, il est satisfait, car son honneur est assuré.

            Évandre, affranchi de Cinna, vient annoncer qu’Auguste veut au plus vite voir Cinna et Maxime, son allié le plus proche. Émilie craint que le complot n’ait été dévoilé et incite Cinna à fuir. Cinna décide d’aller voir ce que lui veut Auguste et d’aviser ensuite. Émilie, de son côté, va rendre visite à Livie, l’impératrice ; elle souhaite la flatter pour entrer dans ses faveurs et se garantir toujours un peu de pouvoir.

 

            Acte II

 

            Appartement d’Auguste. L’empereur confie à Cinna et Maxime qu’il est las de régner et leur demande conseil. Alors que Cinna le décourage d’abandonner le pouvoir, Maxime va dans le sens de le quitter. Auguste se plie à l’avis du premier et, comme il est satisfait des services des deux hommes, il donne le gouvernement de la Sicile à Maxime et la main d’Émilie à Cinna. Auguste sort annoncer ces nouvelles à Livie.

            Maxime et Cinna se disputent : le premier commence à douter que l’assassinat d’Auguste soit une bonne idée ; le second n’a pas changé d’avis. Cinna avoue qu’il ne veut pas d’Émilie si c’est Auguste qui la lui donne, et qu’il doit tuer l’empereur pour l’acquérir dignement.

 

            Acte III

 

            Appartement d’Émilie. Maxime, discutant avec son affranchi Euphorbe, se montre outré que Cinna agisse en fait pour lui-même et non pour Rome. Il lui confie être lui aussi amoureux d’Émilie. Euphorbe lui conseille de trahir Cinna pour qu’Auguste lui retire la main d’Émilie, mais Maxime compte séduire honnêtement la jeune femme.

            Cinna vient fait part à Maxime de sa détresse : il se montre conscient qu’Auguste a agi en homme bon et il ne sait plus quel choix faire. Il se trouve donc à son tour coincé dans un dilemme typiquement cornélien. Maxime l’incite à être plus ferme, mais Cinna repousse ses conseils et lui demande de le laisser seul. Seul en scène, il se lamente sur sa situation.

            Émilie entre accompagnée de Fulvie. Cinna lui révèle que la situation ayant changé, il ne compte plus tuer l’empereur, ce à quoi s’oppose fortement sa promise. Cinna sort, acculé : il tuera Auguste, à contrecœur, pour satisfaire Émilie.

            Fulvie reproche sa sévérité à Émilie mais la jeune femme ne la regrette qu’un instant.

 

            Acte IV

 

            Appartement d’Auguste. Euphorbe vient de dévoiler le complot à Auguste en lui annonçant faussement que Maxime s’est jeté dans le Tibre en proie au remords. L’empereur est accablé mais il se montre prêt à pardonner Maxime, puisqu’il a fait le choix de trahir la conjuration. En revanche, il ne sait pas quel parti prendre à l’égard de Cinna. Seul en scène, il fait part de sa profonde déception et de son inconsolable solitude.

             Livie entre et veut conseiller la clémence à Auguste, qui ne l’écoute pas et annonce qu’il veut abdiquer.

            Appartement d’Émilie. Fulvie annonce à Émilie que le complot est découvert. Celle-ci affirme que s’il n’y a plus rien à faire elle est prête à mourir. Maxime fait alors irruption et propose à la jeune femme, en lui avouant ses sentiments, de fuir avec lui. Émilie refuse et comprend que c’est lui qui a trahi Cinna.

            Maxime, seul en scène, reproche ses funestes choix à Euphorbe et décide de se retourner contre lui.

 

            Acte V

 

Appartement d’Auguste. L’empereur avoue à Cinna qu’il sait tout et qu’il pourrait le faire tuer. Celui-ci ne s’excuse de rien et reçoit la sentence avec sérénité.

            Émilie entre et annonce qu’elle est l’instigatrice du complot. Elle essaie d’innocenter Cinna en faisant croire qu’elle a tout fait pour le séduire et le forcer à agir. Mais Cinna s’en défend et affirme qu’il avait déjà fait le projet de tuer Auguste avant même de connaître Émilie. Les deux amants se disputent car chacun veut endosser la responsabilité du complot. Auguste, contre toute attente, décide non seulement de les épargner, mais en plus de les laisser se marier.

            Maxime paraît, avoue toutes ses fautes et se rend. Auguste, bien qu’accablé par cette accumulation de trahisons, décide de l’épargner aussi, et de le faire malgré tout gouverneur de Sicile. La pièce se clôt sur des paroles d’Auguste qui, las, invite à oublier tout ce qui s’est passé pour construire un avenir plus sain. 

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Résumé >