Critique de la raison pratique

par

L’auteur

A travers cet ouvrage, c’est bien un trait marquant de l’éducation de Kant qui ressort. En effet, durant son enfance, il a côtoyé de nombreux milieux religieux et en a certainement été marqué. Il y a fort à parier que sa tendance à défendre le bon provienne de là. N’oublions pas non plus que bon nombre de ses citations comportent des allusions à un principe supérieur qui est Dieu. De plus, il affirme de manière assez directe que l’idéal pour l’homme serait de choisir les comportements positifs : « ….Or, à ce mobile peuvent s'associer fort bien assez de charmes et d'agréments de la vie, pour que, même à ce seul point de vue, le choix le plus prudent d'un Épicurien raisonnable et réfléchissant sur le plus grand avantage de la vie, se porte déjà sur la bonne conduite morale ; et il peut même être utile de lier cette perspective d'une vie joyeuse et agréable avec ce mobile suprême et déjà par lui-même suffisamment déterminant, mais seulement pour contrebalancer les séductions que le vice ne manque pas de faire miroiter du côté opposé, non pour y placer la puissance proprement motrice, même au moindre degré, quand il s'agit du devoir ». C’est en somme une grande leçon de morale que donne l’auteur à ses lecteurs.

Inscrivez-vous pour continuer à lire L’auteur >

Dissertation à propos de Critique de la raison pratique