Critique de la raison pratique

par

L’universalité de la loi morale

S’il y a bien une chose qui caractérise le monde, c’est la diversité. Elle est remarquable en maints points. En effet, il existe plusieurs continents, de nombreuses races, elles-mêmes subdivisées en groupes sociaux variés. Chacun de ces groupes sociaux à des coutumes propres qui font sa spécificité. Un usage admis en un lieu et au sein d’un groupe social déterminé peut ne pas l’être chez un autre, et vice-versa. En cela, le monde est un haut lieu de diversité à nul autre pareil. Nonobstant, il existe pourtant des points supposant une forme d’unité car ils rassemblent autour d’eux un nombre important de personnes issues de milieux différents. Il s’agit par exemple de la religion, encore qu’il arrive parfois que cette dernière soit source de dissension. La question se pose alors de savoir s’il y a un élément capable de rassembler tous les peuples et d’être reconnu par tous. Et fort heureusement, les valeurs éthiques, la justice, la morale en somme, en font partie. En effet, par delà les différences de races et de culture, une loi morale reste constante. S’il est possible que l’objet sur lequel porte la loi morale peut être changeant, le sens même de la morale qui suppose une conformité des actes aux principes universels est constant. Il a été forgé au fil du temps par des générations entières et s’impose désormais à tous les hommes comme règle à suivre « Agis uniquement d'après la maxime qui fait que tu peux vouloir en même temps qu'elle devienne une loi universelle ». Cette citation a également le mérite de faire ressortir un facteur important dans la notion de morale, celui de l’autonomie de la volonté

Inscrivez-vous pour continuer à lire L’universalité de la loi morale >

Dissertation à propos de Critique de la raison pratique