Fin de partie

par

Résumé détaillé

Le texte théâtral,tel qu’il est conçu par Beckett, est volontairement incomplet. Parce qu’ilrepose sur la mécanique des gestes, parce qu’il met totalement en crise lelangage et le récit, parce qu’il doit s’appréhender dans une certaine duréeimposée, il faut, pour l’apprécier réellement, le voir incarné. Un résumé, defait, ne peut pas lui rendre justice en profondeur.

 

            Lapièce se déroule dans un intérieur vide éclairé d’une lumière grise. Il y adeux petites fenêtres, rideaux fermés, une porte, et deux poubelles, couvertesd’un vieux drap. Hamm est assis dans un fauteuil à roulettes, et il estlui-même couvert par un vieux drap. Clov observe Hamm, sans bouger. Clov titubejusque dans les coulisses et revient avec un escabeau, dont il se sert pourouvrir les rideaux des deux fenêtres. Il enlève le drap des poubelles, soulèveleurs couvercles et observe ce qu’il y a dedans. Il libère Hamm endormi de sondrap. Hamm porte une robe de chambre et un sifflet autour du cou ; sonvisage est couvert par un mouchoir. Clov s’exclame : « Fini, c’estfini, ça va finir, ça va peut-être finir ». Il indique à Hamm qu’il vaaller attendre dans la cuisine que celui-ci le siffle. Il sort, revient, prendl’escabeau et le range hors scène. Hamm se réveille et enlève le mouchoir quilui couvre le visage. On constate alors qu’il porte des lunettes noires.

            Hammplie son mouchoir. Il se demande si quelqu’un, parmi ses proches, souffreautant que lui. Il affirme qu’il est temps de finir, mais qu’il hésite. Ilsiffle et Clov entre. Hamm l’insulte puis lui ordonne de le préparer pour lecoucher. Il demande l’heure, Clov répond : « La même qued’habitude ». Hamm lui demande s’il a regardé par la fenêtre et Clov luioffre la même réponse que d’habitude : « Zéro » – réponse quireviendra plusieurs fois. Hamm ordonne à Clov de le préparer mais Clov ne bougepas. Hamm menace de le priver de nourriture et Clov va alors chercher le drapde Hamm. Celui-ci l’arrête et lui demande pourquoi il reste avec lui ;Clov lui répond par une autre question : pourquoi le garde-t-il ?Hamm répond qu’il n’y a personne d’autre à solliciter, Clov qu’il n’y a nullepart où aller. Hamm accuse Clov de vouloir l’abandonner, et celui-ci avouequ’il en a l’intention mais qu’il n’y arrive pas. Hamm demande à Clov pourquoiil n’essaie pas de le tuer. Celui-ci avoue qu’il ne le fait pas car il neconnaît pas la combinaison du buffet.

Nagg, coiffé d’un bonnet de nuit, sort sa têtede l’une des poubelles. Il réclame sa bouillie mais il n’y en a plus. Hammpropose, à la place, un biscuit. Nagg se plaint et Hamm ordonne à Clov derefermer le couvercle sur lui. Clov déclare qu’il n’y a plus de nature, maisHamm n’est pas d’accord et observe que leur corps et leur esprit n’arrêtent pasde changer. Après un court débat, Hamm demande à Clov ce qu’il fabrique dans lacuisine. Celui-ci déclare qu’il se contente de regarder le mur pour y voir salumière mourir.

            Naggressort la tête de sa poubelle, le biscuit à la bouche, et écoute. Hamm demandeà Clov de partir, celui-ci dit que c’est ce qu’il est en train d’essayer defaire, puis le fait. Nagg toque sur le couvercle de l’autre poubelle, delaquelle Nell émerge. Ils essaient de s’embrasser mais n’y arrivent pas. Nell,qui chaque jour voit et entend de moins en moins, est lasse :« Pourquoi cette comédie, tous les jours ? » – cette phrase aussireviendra plusieurs fois. Hamm leur demande de parler moins fort, et imagine cedont il rêverait s’il dormait. Nell reprend Nagg, qui se moque des malheurs deHamm. Nagg lui raconte « l’histoire du tailleur », en espérant lafaire rire. Voici l’histoire : un tailleur n’arrête pas de repousser le délaid’une commande, jusqu’à ce que le client lui rappelle que Dieu a créé le mondeen six jours. Le tailleur réplique : « Mais Milord ! MaisMilord ! Regardez – (geste méprisant, avec dégoût) – le monde… (untemps)… et regardez – (geste amoureux, avec orgueil) – monPANTALON ! ». Nell rit mais se voit interrompue par Hamm, qui réclamele silence. Nagg se terre dans sa poubelle, et Hamm siffle Clov pour luiordonner de jeter les poubelles à la mer. Clov remarque que Nell n’a pas depouls. Hamm demande à Clov de le promener en rasant les murs, mais il réclamerapidement d’être remis à sa place.

            Hammdemande à Clov de vérifier s’il se passe quelque chose dehors à l’aide d’unelunette. À nouveau, Clov répond : « Zéro. » Clov dit :« Pourquoi cette comédie, tous les jours ? ». Hamm se demande siClov et lui ne seraient pas en train de signifier quelque chose. Clov pouffe,et trouve une puce sur son corps. Hamm est étonné que des puces vivent encoreet supplie Clov de la tuer. Celui-ci va chercher une poudre insecticide et enrépand sur son pantalon. Hamm lui propose de partir pour le Sud. Clov refuse.Hamm veut le faire seul, il demande à Clov de lui construire un radeau. Clovs’apprête à commencer, mais Hamm l’arrête et lui demande s’il est l’heure deprendre son calmant – autre question récurrente. Hamm demande à Clov pourquoiil ne l’achève pas. Clov lui répond qu’il n’y arriverait pas. Hamm questionneensuite Clov sur ses souvenirs : se souvient-il de quand il est arrivéchez Hamm ? Se souvient-il de son père ? Clov ne se souvient de rien.

            Hammdemande à ce qu’on lui apporte son chien ; Clov lui apporte un chien enpeluche à trois jambes. Hamm demande maintenant sa gaffe. Clov se demandepourquoi il se plie à tous les désirs de Hamm, et va cependant la lui chercher.Hamm essaie en vain de se servir de la gaffe pour se déplacer seul. Il demandecomment il se rendra compte que Clov est parti si jamais celui-ci se décide àle faire. Clov propose de déclencher un réveil tant qu’il sera là. Hamm annonceque c’est l’heure de son histoire. Clov ne veut pas l’entendre. Hamm demande àClov de réveiller son père, qui s’avère être Nagg. Celui-ci ne veut pas écouternon plus, ou alors il faut qu’on lui apporte une dragée. Hamm tient à ce qu’ill’écoute. Clov sort. Hamm demande à Nagg pour quoi il l’a fait. Nagg répondqu’il ne pouvait pas savoir qu’il allait produire Hamm.

Hamm raconte son histoire : un pauvre estvenu à sa rencontre la veille de Noël ; il lui a dit que son enfant étaiten train de mourir de faim ; Hamm a proposé de les recueillir, ensavourant sa propre puissance. Clov entre et annonce qu’il y a un rat dans lacuisine, mais qu’il en a tué la moitié. Hamm décide que tout le monde doitprier Dieu en silence. Après un moment à prier, ils se rendent compte que Dieune répond pas et ils sont déçus. Hamm pense que Dieu n’existe pas. Nagg regrettel’époque où Hamm avait besoin de lui et s’enferme à nouveau dans sa poubelle.

            Hammréclame son chien. Une fois que Clov le lui a donné, Hamm le jette. Clov se metà faire le ménage, mais Hamm l’arrêter dans sa tâche. Hamm veut que Clov écouteson histoire. Il la reprend mais s’arrête à peu près au même endroit, déclarantqu’il est trop fatigué pour la terminer. Il demande à Clov de vérifier si Nellest morte ; Clov regarde et déclare qu’elle en a l’air. Hamm demande àsentir la lumière du soleil sur son visage. Clov le déplace sous la fenêtre.Hamm est satisfait, mais Clov lui déclare que ce n’est pas vraiment le soleilqu’il sent. Clov remet Hamm à sa place. Hamm veut maintenant des nouvelles deNagg. Il n’est pas mort, il suce son biscuit. Hamm demande à Clov de lui faireun bisou sur le front ou de lui tenir la main, mais Clov refuse. Hamm réclameson chien, et Clov refuse. Il retourne dans la cuisine.

            Hammsort son mouchoir et le tient ouvert devant lui. Il envisage de finir sonhistoire et d’en commencer une nouvelle, ou bien de se jeter sur le sol, maisil n’arrive pas à se projeter hors de son siège. Il rumine sur sa mortéventuelle, puis siffle. Clov revient, le réveil à la main. Il annonce que lerat est parti de lui-même, et qu’il est l’heure pour Hamm de prendre soncalmant. Mais il n’y a plus de calmant. Hamm panique un peu. Clov lui rappellequand la Mère Pegg venait lui demander de l’huile pour sa lampe et qu’ilrefusait de lui en donner. La Mère Pegg, depuis, est morte d’obscurité. Hamm s’excuseen affirmant qu’il n’en avait pas assez pour partager, ce que Clov réfute. Clovse demande à nouveau pourquoi il se plie toujours aux ordres de Hamm, lequelsuggère que c’est peut-être par pure empathie.

            Clovreprend la lunette et aperçoit un enfant. Il veut le tuer, car c’est un« procréateur potentiel ». Hamm lui dit de le laisser tranquille,qu’il mourra de lui-même. Après cela, Hamm déclare qu’il n’a plus besoin deClov, qu’il peut s’en aller. Il lui demande de dire quelque chose de sincèreavant de partir. Clov chante une chanson d’amour, puis disserte sur la douleuret la vie. Hamm le remercie pour ses services.

            Hammdemande à Clov de le recouvrir de son drap, mais Clov est déjà sorti. Il essaiede se déplacer avec la gaffe. Clov revient, prêt pour le départ, et restejusqu’à la fin de la pièce, mais sans manifester sa présence à Hamm, qui jettesa gaffe. Hamm appelle son père, qui ne répond pas. Il finit par couvrir sonvisage de son mouchoir.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Résumé détaillé >