George Dandin

par

Comédie et farce

L'aspect comique et grotesque de la pièce de théâtre est bien présent ici, notamment avec l'omniprésence de la farce :

Acte 1, Scène 2: la première erreur de Lubin, serviteur de Clitandre, qui croit s'adresser à un inconnu en parlant de l'amant d'Angélique. Il ne se rend pas compte qu'il parle en réalité à son mari, ce qui rend la situation très comique.

Acte 1, Scène 4: première intervention de M et Mme de Sotenville pour corriger les expressions de George Dandin. Tout d'abord avec Mme de Sotenville: «Ne vous déferez-vous jamais avec moi de familiarité de ce mot de ''ma belle-mère'' et ne sauriez-vous vous accoutumer à me dire ''Madame''?», Puis avec M. de Sotenville: «Doucement, mon gendre. Apprenez qu'il n'est pas respectueux d'appeler les gens par leurs noms».

Acte 2, Scène 1: les expressions de Lubin sont tout à fait comiques et déplacées, avec ses « compliments » sur Claudine: « Adieu, beauté rude ânière ».

Acte 2, Scène 8 : Angélique, pour ne pas révéler ses tromperies, se rattrape avec une belle tirade, faisant mine de repousser les avances de Clitandre, et par la même occasion, donne des coups de bâtons à son mari à la place de Clitandre, mettant bien en valeur le côté « farce » de la situation.

Acte 3, Scène 2 ,3 et 4 : confusion totale entre les servants et Angélique dans le noir. Chacun pensant s'adresser à la bonne personne. Le comique de situation est ainsi bien présent dans cette scène très confuse!

La situation comique due à la nuit se poursuit dans la scène suivante avec encore une erreur de Lubin. En effet il prend George Dandin pour Claudine! La réplique de Lubin est comique en tout point : tout d'abord il rapporte qu'Angélique et Clitande sont en train d’avoir une entrevue, tout en se moquant du mari endormi, puis il se met à baiser les mains de celui qu'il croit être Claudine alors qu'il s'agit de George. La situation est ainsi grotesque, George Dandin est informé de tout, et Lubin commet ainsi une nouvelle gaffe.

Acte 3, Scène 6: George se fait prendre dans son propre piège puisqu'il se retrouve enfermé dehors à la place des deux femmes, à savoir Angélique et Claudine. Ici, c'est donc la maladresse de George Dandin qui rend la scène comique avec le fameux « arroseur arrosé ».

Acte 3, Scène 7: George, contraint de se mettre à genoux et implorer le pardon de sa femme. La situation est comique car elle devient carrément grotesque sachant que c'est bien Angélique qui a tort mais qui va quand même obtenir des excuses, c’est une situation humiliante pour son mari.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Comédie et farce >