Illuminations

par

Conclusion

En somme, dans Les illuminations, Rimbaud semble avoir réalisé son ambition non dissimulée dans Lettres du voyant (1871) : Trouver une langue. Il l’a trouvé et il l’habite totalement, une expression propre à lui, une écriture sûrement d’inspiration divine qu’il est seul à maîtriser. Cet esthète, ce génie précoce, qui a rédigé ses poèmes, ses chefs-d’œuvre entre 16 et 21 ans, cet avant-gardiste et ce poète de talent a su avec maestria, comme l’indique le sixième poème intitulé « Being beauteous », sublimer l’existence, les rencontres, les images...afin d’imprimer la féerie dans les esprits.

Inscrivez-vous pour continuer à lire Conclusion >

Dissertation à propos de Illuminations