L’étrange défaite

par

Résumé

L’étrange défaite est un ouvrage de March Bloch, officier, écrivain et historien français. Cette œuvre est divisée en trois parties intitulées : « Présentation du témoin », « La déposition d’un vaincu » et « Examen de conscience d’un français ». Témoin des deux guerres mondiales (son action débute lors de la première guerre, en août 1914, en tant que sergent d’infanterie, puis en tant que membre d’un état-major d’armée lors de la seconde grande guerre), c’est donc en observateur averti que Bloch nous livre ici non pas des confidences sur ses expériences personnelles mais plutôt un compte-rendu scientifique et objectif – il parle d’un « procès-verbal de l’an 1940 » – des raisons de la défaite française lors de la campagne de 1940. Dans la première partie de cette œuvre, l’auteur se présente avec humilité et honnêteté. Il fait une description poignante du juif, mais aussi et surtout de l’historien qu’il est. Sa présentation est poignante et intéressante, toute digne d’un observateur caustique comme lui. Dans la deuxième partie, il analyse les limites de l’armée française dans la campagne de 1940. Enfin, dans la troisième partie, il établit un lien entre ces limites et les facteurs endogènes de la société française de l’époque. Par conséquent, deux principales causes s’imposent à lui : le commandement défectueux et les facteurs endogènes. L’auteur nous fait comprendre que l’armée a failli à sa mission de défenseur de la souveraineté et de l’intégrité territoriale. Par ailleurs, la division en classes sociales a joué un rôle important dans l’écrasante défaite de 1940. Ainsi, L’étrange défaite est l’examen de conscience d’une société gangrenée. Bloch y expose la défaite, non pas en termes d’armements ou d’infériorité numérique, mais plutôt comme le résultat de l’incapacité du haut commandement à instruire ses hommes et à planifier une stratégie militaire cohérente. Il s’agit donc d’une défaite militaire, institutionnelle, intellectuelle voire même politique. L’auteur estime que le haut commandement de l’armée française est constitué à cette époque, d’octogénaires qui ont vécu la guerre de 1914-1918 et ont cherché à reproduire le schéma militaire qui s’est malheureusement avéré dépassé, limité et inefficace dans la préparation de la riposte. Bloch nous montre une armée en complet déphasage avec les pratiques militaires de son temps. Il fait donc une analyse critique scientifique et méthodique de cette débâcle. Il convient de rappeler que la crédibilité de cet ouvrage historique est renforcée par le fait que l’auteur lui-même a été un acteur en tant que capitaine de rang durant cette campagne. Il a participé à nombre de batailles et s’est investi dans la Résistance lorsque l’Allemagne a occupé le pays. Il était donc de l’autre côté de la table, et, plutôt que de rejeter la faute sur les cadets, comme l’aurait fait un observateur subjectif, il énonce clairement et condamne les tares de ce haut-commandement perdu et quasi-impuissant face à l’ennemi.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Résumé >