L'évolution créatrice

par

L’immutabilité ou le néant

Au début du quatrième chapitre, l’auteur souligne à ce propos : « Il nous reste à examiner en elles-mêmes deux illusions théoriques que nous avons constamment rencontrées sur notre chemin, et dont nous avions envisagé jusqu'à présent les conséquences plutôt que le principe. » (p.161). Il semble revenir à la philosophie proprement dite car il n’est plus autant question de la vie. Néanmoins, il établit un lien entre philosophie et évolution de la vie. Dans notre corpus, Bergson tisse, en effet, une trame de fond qui lie la vie et ses particularités à l’illusion que les hommes peuvent en avoir. Il convient de rappeler que ces illusions qui trouvent leur racine dans la vie elle-même. La vie est loin d’être statique et se développe perpétuellement. Sommes-nous toujours conscient de cette mutation ou restons souvent bloquer sur un avenir qui ne se produira peut-être jamais ? Nos sens nous empêchent parfois d’avancer et nous restons sur un point de vue, une idée qui ne fait déjà plus partie que du passé. Face à ce caractère évanescent et insaisissable de la vie, la raison et l’intelligence nous dictent de prôner nos intérêts qui pourtant ne se réaliseront jamais. En effet, nous pensons que si nous réussissons à capturer une vision précise de ce que nous voulons, nous pourrons y parvenir, mais la vie, qui se modifie sans cesse, évolue indépendamment de nos désirs et nous restons immobiles dans un instant éphémère. L’autre illusion similaire à celle-ci réside dans le fait que l’on essaie de donner aux évènements une direction qui satisferait nos intérêts, mais, une fois de plus, c’est une illusion car la réalité est tout autre....

Inscrivez-vous pour continuer à lire L’immutabilité ou le néant >

Dissertation à propos de L'évolution créatrice