L'évolution créatrice

par

Le changement

Le changement est l’un des moteurs de la philosophie bergsonienne. Il estime que rien n’est statique et que toutes les forces sont en constante mutation. Il pense que changement s’effectue dans la durée et ce constat revient à dire que le réel est dominé par la nouveauté. Cette nouveauté est omniprésente car le réel est sans cesse en mouvement. Rien n’est donc permanent dans le réel. Par conséquent, rien n’est identique. Cette lecture du réel nous amène à admettre que tout change, nous allons toujours de l’ancien vers le nouveau et vice-versa. Cette impression de tourner en rond conduit vers la monotonie, ce qui pousse Bergson à souligner : «C'est dire qu'il n'y a pas de différence essentielle entre passer d'un état à un autre et persister dans le même état. ». Néanmoins, il rejette cette monotonie et estime que le changement qui s’opère prend une orientation totalement différente. Selon lui, la transition de l’ancien au nouveau est marquée par une imprévisibilité certaine : « Chacun de ses moments est du nouveau qui s'ajoute à ce qui était auparavant. Allons plus loin: ce n'est pas seulement du nouveau, mais de l'imprévisible. ». Pour lui, nul ne peut prétendre et prouver que l’occurrence d’un changement n’est pas le fait d’un mécanisme tout apprêté qui nous renseignerait sur la nature de ce changement. Cette analyse l’amène à conclure que le changement n’est pas un processus en vue d’atteindre un certain objectif mais qu’il est plutôt guidé par une impulsion. En d’autres termes, il veut nous faire comprendre que le changement dont il parle est caractérisé par la liberté, d’où son imprévisibilité.

Inscrivez-vous pour continuer à lire Le changement >

Dissertation à propos de L'évolution créatrice