L'Impromptu de Versailles

par

L’enjeu de Molière

Comme il en est le cas pour toute comédie de Molière, L’Impromptu de Versailles a pour objectif premier de plaire. Et ceci demeure la mission primordiale de Molière, mission qu’il considère accomplie après chacune de ses représentations. « N’ai-je pas obtenu de ma comédie tout ce que je voulais en obtenir puisqu’elle a eu le bonheur d’agréer aux augustes personnes à qui particulièrement je m’efforce de plaire ? » Acte I, scène 5. Et c’est à cause de cet objectif que Molière s’est lui-même donné, que toutes ses pièces de théâtre connaissent un succès fulgurants.

Deuxièmement, Molière se fait dénonciateur des mœurs de la société, car « l’affaire de la comédie est de représenter en général tous les défauts des hommes ». Il souhaite instruire et ouvrir les yeux au peuple en exposant les mœurs, et non les personnes. De ce fait, il fonde ses personnages « en l’air », comme le déclare d’ailleurs Becourt: « tous les personnages qu’il représente sont des personnages en l’air, et des fantômes proprement, qu’il habille à sa fantaisie, pour réjouir les spectateurs… ». Cependant, Molière ne peut empêcher aux coupables de la société de se reconnaitre dans ses personnages, et c’est à cause de cela que plusieurs (dont la troupe de l’Hôtel de Bourgogne) l’ont critiqué, spécialement après la publication de sa pièce L’Ecole des Femmes. Mais malgré la portée accusatrice de ses œuvres, Molière soutient quand même qu’il faut à tout prix divertir. Il justifie donc son ajout d’un marquis dans chacune de ses pièces: « il faut toujours un marquis ridicule qui divertisse la compagnie ».

L’Impromptu de Versailles a également un dernier rôle, bien que celui-ci soit mineur par rapport aux précédents. Il s’agit de révéler, à l’audience tout le travail de coulisse nécessaire à la création et à la mise en scène d’une pièce de théâtre. Tout au long de la pièce, on remarque comment Molière s’efforce d’encourager ses comédiens à mémoriser leurs répliques. Il insiste sur la nécessité du travail de répétitions, car ce n’est qu’en répétant qu’on peut mémoriser. Ainsi, il n’hésite pas à les faire retravailler autant que nécessaire : « Ce n’est point-là le ton d’un marquis », « Recommencez donc. »

Tout comme dans ses comédies précédentes, Molière remplit ses trois fonctions principales dans sa pièce L’Impromptu de Versailles : plaire, divertir et instruire. Il utilise également cette pièce pour répondre subtilement aux critiques qui lui ont précédemment été faites au sujet de son œuvre L’Ecole des femmes.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur L’enjeu de Molière >