L'oeil du loup

par

La technique de l’enchaînement et de l’analepse

Toute l’histoire est un récit des souvenirs des deux personnages. Elle est narrée d’un point de vue omniscient : nous ne sommes ni dans l’esprit de celui qui raconte son passé, ni dans la position de voir les yeux de l’autre contemplant celui d’en face, ce qui donne une approche complète de l’ensemble de cette histoire et fait sortir celle-ci du cadre de la simple narration.

L’analepse, (retour en arrière) est fracturée par le retour au présent et les réactions des deux protagonistes, qui se reconnaissent dans leur passé au fur et à mesure, découvrent les points communs et réagissent à leurs similitudes et leurs ressemblances. De plus, ce retour au présent tient le lecteur en haleine, et celui qui écoute pose les questions que le spectateur désirerait poser. Ainsi, nous prenons tour à tour la place du loup puis du garçon dans le rôle du spectateur, et pouvons ainsi nous imaginer en train de regarder dans l’œil de l’un ou de l’autre.

Le loup borgne parvient à rouvrir son œil à la fin de l’histoire, réalisant que finalement, le passé auquel il vient d’assister vaut la peine d’être vu de ses deux yeux. En associant leurs souvenirs respectifs, Afrique et Loup Bleu ont créé un monde mêlant les différents protagonistes de leur histoire, les associant car tous ont vécu finalement des évènements traumatisants. Et si le hasard les a réuni tous au zoo, l’évocation et la reconnaissance de ce passé presque commun, éclairé à la lumière du présent, montre que c’est par le souvenir que tous parviennent à imaginer un monde où ils peuvent vivre dans la joie, ensemble, guéris de leurs traumatismes révolus.

Inscrivez-vous pour continuer à lire La technique de l’enchaînement et de l’analepse >

Dissertation à propos de L'oeil du loup