La Diane française

par

Un recueil aux allures de chanson populaire

Nouspouvons noter que la structure des poèmes ressemble en de nombreux points àcelle d’une chanson populaire. En effet, tout est fait pour que le lecteur sesouvienne des paroles, et que la répétition des vers permette de les ancrer dansla mémoire. Ceci est le principe même de la chanson : la répétition durefrain nous fait nous souvenir des paroles, pas uniquement pour nous, maispour que nous puissions la transmettre aux autres.

AuMoyen Âge, les nouvelles du monde étaient narrées par des bardes ; lechant permet de toucher et d’émouvoir le public ; il structure la paroleet lui donne une portée plus marquante. Ainsi, par un jeu rythmique, Aragonrend ses poèmes inoubliables et s’assure de leur pérennité.

Toutd’abord, la structure même du poème est semblable à celle d’une chanson par laprésence d’un refrain. En effet, si celui-ci peut être présent sous la formed’une strophe qui revient de manière régulière, comme dans « Ballade decelui qui chanta dans les supplices », il peut être également marqué parla répétition d’un unique vers fort du poème. Ainsi, dans « Il n’y a pasd’amour heureux », l’auteur intercale le titre de son poème entre chaquestrophe, comme un refrain. Il l’appuie encore en utilisant la répétition d’« il n’y a pas d’amour » endébut de chaque vers de la dernière strophe. Enfin, il conclut son poème sur« Il n’y a pas d’amour heureux / Maisc’est notre amour à tous les deux », de la même manière qu’un chanteurconclut sa chanson sur une strophe frappante, reprenant le titre et assénantune vérité indéniable juste avant que la dernière note ne tombe. Ainsi, cettestructure est en tout point semblable à celle d’une chanson, et rend ainsi lecontenu d’autant plus marquant et susceptible d’être transmis de mémoire.

Deplus, les thèmes abordés dans ces poèmes-ballades ont tout pour évoquer leregistre épique de la chanson de gestes : la guerre ou l’amour. Dansle premier cas, le titre du poème « Ballade de celui qui chanta dans lessupplices » est clairement évocateur. Dans le cas du thème de l’amour,d’autre titres font écho à une poésie de ce type et semblent se confondre avecune chanson romantique de l’époque. D’ailleurs, « Il n’y a pas d’amourheureux » fut repris plusieurs fois par la suite, par des chanteurs telsque Georges Brassens.

L’êtreaimé est fort et omniprésent dans la poésie d’Aragon, qu’il fasse figured’allégorie, comme dans « La Rose et le Réséda » où Aragon nous parled’une prisonnière captive, belle en détresse à délivrer, ou qu’il soitclairement évoqué, comme dans « Il n’y a pas d’amour heureux » :« Mon bel amour mon cher amour madéchirure / Je te porte dans moi comme un oiseau blessé ».L’identité du fruit de l’amour du poète n’est toutefoispas forcément acquise, nous verrons par la suite qu’elle est à double sens.Cependant, il est clair que les poèmes du recueil portent leur lot desentiments passionnés. De plus, il faut savoir que l’inspiration d’Aragon vienttout droit de sa compagne Elsa Triolet, qui fut également l’objet de poèmespubliés dans d’autres recueils.

Ainsi,par la structure de ses poèmes et les thèmes de surface qu’ils abordent, Aragons’assure de leur transmission orale et de leur impact sur l’auditoire.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Un recueil aux allures de chanson populaire >