La Diane française

par

Un recueil dédié à la résistance

Ainsique le clame le titre du recueil, LaDiane française est un hommage à la résistance durant la Seconde Guerremondiale. En effet, on peut ici associer le prénom de Diane au  personnage divin d’Artémis, déesse de lachasse, qui a juré devant les dieux de l’Olympe de demeurer vierge à jamais.Elle est donc la figure par excellence de l’insoumission et de l’indépendance.Jeune, forte et libre, elle court les bois entourée de biches, l’arc à la main,et fait preuve d’un esprit de vengeance redoutable, particulièrement envers quilèvera la main sur l’un des cervidés qui composent son cortège. Ainsi Aragonassocie-t-il cette déesse à sa vision de la France : la virginitésymbolise la nature profonde de la nation, qui ne se laissera pas pervertir parqui viendra faire la guerre sur son sol. Le caractère farouche et indomptablede Diane/Artémis fait écho à la représentation de rebelle audacieuse de laFrance résistante d’Aragon, et il est clair que l’esprit de vengeance de ladivinité n’est pas sans rappeler la ténacité des bataillons de résistants. Maison peut également assimiler le prénom de Diane au symbole féminin de laRévolution, Marianne : en effet, cette figure coiffée du bonnet phrygienet à la poitrine dévêtue symbolise la liberté recouvrée d’un peuple opprimé,ainsi tirée de l’histoire de la France et utilisée par Aragon afin de montrerqu’un affranchissement est de nouveau possible.

Deplus, le travail sur les allégories et les métaphores nous permet de nousrendre compte que l’objet de l’amour d’Aragon est, en plus d’une femmeidéalisée comme dans « La Rose et le Réséda », également un amourindéniable de sa patrie. Il dissimule habilement sous un habit féminin cetteFrance qui souffre mais qui se bat toutefois pour recouvrer ses forces, grâce àdes hommes et des femmes qui œuvrent clandestinement à son salut. La « belle prisonnière des soldats »de la Rose et le Réséda  n’est autre quela France meurtrie, que les nazis sont venus occuper. Cependant, si nous avonsévoqué un hommage à la résistance française, il est donc question d’un éloge decelle-ci et pas uniquement d’une complainte de la France en guerre ; eneffet, Aragon nous montre que l’espoir perdure, que malgré les coups qu’ellereçoit, la résistance peut vaincre l’ennemi et le pays retrouver son intégrité.Pour ce faire, il utilise la métaphore du renouveau, d’un printemps quireviendra malgré la mort des deux hommes désireux de secourir la belle. Ilprophétise le retour des nouvelles récoltes, le chant des oiseaux, larenaissance du terroir de chaque région française : « De Bretagne ou du Jura / Et framboise ou mirabelle / Legrillon rechantera ».

Ainsi,l’auteur exalte sa foi en la résistance française, honore la force dontcelle-ci dispose et clame haut et fort un message d’espoir destiné à la nationentière.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Un recueil dédié à la résistance >