La Jérusalem délivrée

par

« La Jérusalem délivrée », une référence à l’histoire

Dans cet ouvrage poétique inspiré d’un fait historique, quelques éléments de fiction ont été ajoutés au conflit de religion.

A- Un conflit de religion

A la lecture de l’ouvrage, le constat d’une opposition se fait sans tarder. Deux camps rivaux s’affrontent ; il s’agit d’une part des chevaliers chrétiens, et d’autre part des guerriers sarrasins. Ce terme était employé pour désigner les peuples de confession musulmane. Il est donc question d’une guerre de religion. Certains passages de l’ouvrage montrent de manière très explicite l’existence de ce conflit religieux, car les combattants dans leurs propos, font très clairement allusion à Dieu :

« Mais avant de briser l’orgueil du diadème,

Erigeons un trophée à l’arbitre suprême.

Lui seul tient dans ses mains la gloire et les revers ;

Lui seul peut de son joug affranchir l’univers.

D’un triomphe certain offrons lui les prémices ;

Nos vœux seront plus purs formés sous ses auspices.

Disposez vos soldats à ces devoirs pieux ;

Demain, quand le soleil viendra dorer les cieux,

Au sommet du Séïr nous irons en silence

Réclamer les secours de la Toute-puissance ».

Mais pour les besoins de l’œuvre, Le Tasse ouvre une brèche à l’imaginaire en incluant dans son ouvrage quelques éléments de fiction.

B- Des éléments fantastiques

S’il est vrai que « La Jérusalem délivrée » a...

Inscrivez-vous pour continuer à lire « La Jérusalem délivrée », une référence à l’histoire >

Dissertation à propos de La Jérusalem délivrée