La Nausée

par

La dimension philosophique de La Nausée

Si La Nausée prend pour objetprincipal de son étude le caractère particulier d’Antoine Roquentin, le roman acependant une dimension beaucoup plus universelle qui fait partie intégrante dela philosophie de son auteur. En effet, l’œuvre relate la recherche continuelleet obsédante de la liberté : si Antoine se sent si perdu, dénué de touteattache et de tout lien, il n’est pas pour autant libéré de lui-même et de saconscience, et cette supposée liberté s’apparente plutôt à une véritablesouffrance pour lui. Cette liberté physique qu’il ressent, cette capacité àvoyager où bon lui semble, à faire pour ainsi dire ce qui lui plaît sans riendevoir à personne en retour, finit par le perdre et lui donner la nausée. Pourparvenir à annihiler ce sentiment désagréable, il doit donc partir à larecherche de sa propre liberté là où il ne s’attend pas à la trouver : àl’intérieur de lui-même.

Ce qui plonge le narrateur-personnage dans une telle souffrance, une telleconfusion, est tout d’abord le fait qu’il ignore sur quoi baser sa propre vie.Il se sent profondément seul, sans nulle attache, et son existence – quidevrait pourtant lui garantir la liberté par le fait d’exister, de se savoir envie – ne semble pour lui basée sur rien de tangible, de fiable. Aussi doit-il,pour reconquérir cette liberté, trouver un point d’ancrage sur lequel fonderson existence. À partir de cette découverte, l’homme – et non seulementRoquentin – peut donc justifier son existence, et se revendiquer en tantqu’homme libre qui a choisi de vivre pour un motif précis.

La liberté passerait donc par la justification de son existence sur terre,le fait de ne pas subir sa propre individualité. En effet, si nous ne savonspas pour quelles valeurs exister, si nous ignorons ce pour quoi nous valons lapeine d’être en vie, nous sommes pour ainsi dire prisonniers, esclaves aliénésde cette existence qui nous force à nous maintenir sur terre. La quête d’uneéthique de vie est donc indispensable pour réfuter cette aliénation de soi-mêmepar soi-même.

Ainsi, Sartre présente cette conception de la liberté comme un immensechantier, un immense projet à bâtir. Rien n’étant acquis par avance, l’hommedoit donc, pour son propre affranchissement, se doter lui-même par ses choixd’une responsabilité envers autrui. Construire, entreprendre, devenirresponsable de l’autre permet alors de justifier son existence sur terre, en neconsidérant jamais rien comme acquis et en continuant à remettre sans cesse enquestion ses projets, cette responsabilité. C’est à cette seule condition quel’humain peut espérer sortir de la servitude dans laquelle le plonge sonexistence s’il se laisse flotter sur son sein sans agir – tout comme AntoineRoquentin souffre de son existence tant qu’il n’a pas accepté quel’embrouillamini des pensées qui l’assaillent sont les siennes propres etqu’elles sont générées par sa conscience à lui.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur La dimension philosophique de La Nausée >