La princesse de Babylone

par

Le conte Voltairien et son époque

Le XVIIIe siècle est marqué par un grand intérêt pour l’Orient. La fin du XVIIe siècle a vu un grand engouement pour le conte comme genre littéraire de divertissement, tendance qui durera un siècle de plus, et dont l’attrait pour l’Orient va colorer les notes merveilleuses. L’exemple de référence est celui des Mille et Une Nuits.

Voltaire, qui dans un premier temps s’est surtout investi dans le théâtre, va profiter de cet engouement pour créer un nouveau genre de contes : le conte philosophique. L’intérêt est double : le conte est facilement accessible à tous les publics, et la possibilité de situer les faits dans une autre région permet de dénoncer indirectement les tares de la société européenne, de la même façon qu’un décentrement du jugement était permis à Montesquieu à travers les regards de ses personnages persans dans ses célèbres Lettres de même origine.

Ce nouveau genre va rencontrer un immense succès et ce n’est pas un hasard si aujourd’hui les œuvres les plus connues de Voltaire sont ses contes : sa philosophie d’une morale toute pratique y est contenue...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Le conte Voltairien et son époque >

Dissertation à propos de La princesse de Babylone