La Reine morte

par

Acte II

Le premier tableau a lieu dans le cabinet de travail du roi, au palais.

On parle d'affaires du royaume, et de stratégies perfides que le roi élabore. Le roi annonce sa volonté de traiter avec le roi d'Aragon. Alvar Gonçalvès se permet de parler d'Inès au roi. Selon lui, elle et l'évêque sont coupables. Le roi considère qu'elle est la moins coupable, et que les véritables coupables sont en prison.

Egas Coelho, un autre conseiller du roi émet le vœu qu'Inès ne puisse plus être cause de trouble dans le royaume, et qu'il faut la faire mourir. Le roi Ferrante est seulement prêt à mettre Inès en prison ou encore à l'exiler. Alvar Gonçalvès objecte que cela donnerait la mauvaise image d'un roi qui aurait eu peur de verser du sang. Il pense qu'il n'y a aucune objection à faire au fait de tuer une bâtarde. Les conseillers font remarquer au roi qu'il fait preuve de faiblesse. Ferrante a peur de la colère et de la vengeance de son fils. Il décide alors de réfléchir, et fait convoquer Inès de Castro dans la salle d'audience. Il retient alors ses conseillers et leur demande la raison de leur vivacité dans cette affaire. Les conseillers s’en défendent et ne disent pas entièrement leur pensée. Ferrante décide alors de ne pas tuer Inès.

Ferrante fait part à Inès de son usure face au pouvoir et de sa lassitude. Il lui avoue également la politique que ses conseillers l'ont poussé à mener à son encontre. Il regrette que l'infante parte le lendemain. Le roi demande alors à Inès de l'aider à faire accepter à Pedro et au pape l'annulation du mariage et de permettre le mariage avec l'infante.

 

Le tableau second se déroule à l'extérieur du château, dans un site agreste. On assiste aux retrouvailles et aux embrassades des deux amants. Inès dit qu'elle n'a pas osé parler de leur enfant au roi. Elle fait alors part à son mari du souhait du roi, et de sa peur, du fait que leur destinée repose entre les mains du roi. Les soldats ramènent le prince au château.

Inès se trouve face à l'infante. Cette dernière lui annonce qu'elle sera décapitée, suite au conseil tenu la veille. Inès refuse de croire que l'arrêt soit définitif. L'infante annonce que son départ aura lieu le lendemain. Elle propose à Inès de partir avec elle pour se mettre à l'abri. Ainsi, « Ou le roi mourra, et vous reviendrez et régnerez. Ou le roi fera périr son fils ».

L'infante fait preuve d'une grande sympathie à l'égard d'Inès. Celle-ci refuse cependant de s'enfuir, par amour pour le prince. L'infante se montre déçue. Elle lui conseille de gagner la confiance du page qui la tiendra au courant des projets du roi. Inès se refuse à faire d'un enfant un traître. 

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Acte II >