La Religion dans les limites de la simple raison

par

La prétention du principe du mal à dominer l’Homme et le conflit qui s’en suit

Ce thème est adjacent au précédent. Kant interroge la prétendue domination du principe du mal chez l’homme. Il se sert de la religion et de son approche « du ciel et de l’enfer »  pour illustrer le conflit qui s’opère en l’homme. C’est un rapport de force, une bataille entre les biens de la terre (l’enfer) et ceux du ciel (le paradis). L’enfer qui était originellement bon, parce qu’étant une création de Dieu, s’est séparé de son créateur lorsque « le suzerain de tous les biens de la terre »  y a élu domicile. D’après l’analyse de Kant, basée sur la religion, Dieu a envoyé un être humain étranger à tous les pactes que les hommes ont passé avec le suzerain des biens terrestres. Malgré les innombrables tentations de ce suzerain, l’envoyé de Dieu n’a pas succombé. Cet envoyé n’est autre que le fils de l’homme. La mort de cet émissaire, bien qu’apparaissant comme une victoire de l’enfer sur le ciel, est une illusion : « Cette mort était la mise en lumière du bon principe, c’est-à-dire de toute l’humanité dans toute sa perfection morale, comme un modèle à imiter par tous. La représentation de cette mort dut avoir dans son temps, et peut avoir même pour tous les temps, la plus grande influence sur les âmes humaines, en faisant voir, dans le plus saisissant contraste, la liberté des enfants du ciel et l'esclavage d'un simple fils de la terre. » . Bien que cette victoire ait réduit l’impact de l’enfer sur les hommes, il reste toujours d’actualité car le principe du mal continue de sévir sur terre.

Inscrivez-vous pour continuer à lire La prétention du principe du mal à dominer l’Homme et le conflit qui s’en suit >

Dissertation à propos de La Religion dans les limites de la simple raison