La Religion dans les limites de la simple raison

par

La victoire du principe du bien sur le mal supportée par le règne de Dieu sur terre

L’auteur s’intéresse aux défis, aux obstacles auxquels les hommes se heurtent parce qu’ils veulent se libérer d’une société où le principe du mal veut dominer. L’homme à la quête du principe du bien se sent rejeté dans la société : « Il n'est pauvre (ou ne se croit tel) qu'autant qu'il a peur que les autres hommes puissent le croire pauvre et le mépriser pour cela. L'envie, l'ambition, l'avarice, et les inclinations haineuses qui les suivent, assaillent sa nature essentiellement modérée, dès qu’il vit au milieu des hommes » . Le principe du mal a pour vecteur de prolongation les hommes eux-mêmes. La lutte contre le mal est une lutte quotidienne. Les hommes vivant en société, principaux agents de prolongation du principe du mal, se livrent à des batailles quotidiennes. L’homme qui veut se libérer de cette emprise est victime de leurs attaques. Il cherche à lui ôter sa liberté et à le corrompre : « Si donc il n’était pas possible de trouver le moyen d’établir une société destinée tout à fait particulièrement à sauvegarder les hommes du mal et à les guider vers le bien, association permanente, à extension continue, visant uniquement à maintenir intacte la moralité et opposant au mal ses forces réunies, alors quelques efforts que chacun, pris à part, eût pu faire pour échapper à sa domination, le mal le tiendrait malgré tout constamment menacé du risque de retomber sous son emprise. » . Comme nous pouvons le constater, l’auteur invite le lecteur à une refonte de la société ; il nous demande d’ériger une société de valeurs, seule gage du principe du bien.

Il nous invite donc à établir un nouvel ordre social. Seul cet ordre social qui détruira toutes les bases de l’ancien ordre pourra garantir l’émergence d’un nouveau type d’hommes. Cet ordre social privilégie le bien commun sur tous les autres. Il ne s’agirait pas de garantir la survie du principe du bien mais plutôt d’en garantir la perpétuité grâce à la raison et au libre-arbitre. Dans un tel état, l’homme est épris d’amour pour la vertu.

Au...

Inscrivez-vous pour continuer à lire La victoire du principe du bien sur le mal supportée par le règne de Dieu sur terre >

Dissertation à propos de La Religion dans les limites de la simple raison