La Voie Royale

par

Résumé

Publiée en 1930, La Voie Royale est l’une des œuvres les plus importantes d’André Malraux. Elle est inspirée d’une mésaventure que l’auteur a vécue au temps du protectorat français du Cambodge.

 

Au début des années 1920, Claude Vannec, un jeune archéologue breton en quête d’une fortune rapide, part pour l’Indochine, où il espère trouver des bas-reliefs, sortes de sculptures khmères qui ornaient les temples de la Voie Royale. Sur le bateau qui est supposé l’y amener, il rencontre Perken, un célèbre aventurier danois, homme d’expérience.

Durant la traversée, qui doit durer quinze jours, Claude et Perken discutent. Durant leur premier échange, Claude reste silencieux tandis que Perken se montre à l’opposé du jeune homme : il est expérimenté, voire moralisateur, et apparemment difficile à cerner.

Après avoir compris que malgré leurs différences, une entente est possible, ils décident de joindre leurs efforts pour réaliser leurs projets. Pour l’un, il s’agit avant tout de faire fortune en volant des bas-reliefs, ambition mêlée à des considérations archéologiques. Concernant le plus vieux, le lecteur apprend au fil du roman qu’il cherche à retrouver un vieil ami nommé Grabot, lui aussi aventurier, qui a disparu.

Les préparatifs commencent une fois les deux protagonistes sur la terre d’Indochine, où les mésaventures s’enchaînent pour Claude et Perken, notamment dues à l’impatience du premier. Avant même d’avoir commencé, cette expédition semble extrêmement compliquée, si ce n’est impossible : « Un blanc qui tente de passer seul par-là est foutu », explique le chef de poste à Claude. L’auteur essaie ici de mettre en lumière l’hostilité de l’administration coloniale française, à laquelle il s’est heurté lui-même.

Toutefois, rien ne semble, d’abord, arrêter les deux hommes alors qu’ils s’enfoncent rapidement dans la forêt. Ils sont cependant assez tôt abandonnés par leur guide, représentatifs du pouvoir colonial. Claude et Perken se retrouvent alors seuls dans la jungle sans réellement la connaître. Ils décident malgré tout de s’y enfoncer, jusqu’au pays des Moïs pour échapper au gouvernement, qui ne viendra pas les chercher là-bas. Toutefois, ces Moïs, groupe ethnique du Viêt Nam, sont tout aussi dangereux. La décision des deux hommes n’est en fait pas totalement aléatoire : Perken suppose que c’est peut-être ici que se trouve Grabot, son ami disparu.

La progression dans cette forêt est pénible, de nombreux obstacles surviennent : des insectes géants, des marais dont il faut se méfier, et une végétation de plus en plus dense et hostile. Claude et Perken décident alors de pactiser avec une tribu, les Stiengs. Cette alliance est compromise lorsqu’ils découvrent que c’est parmi eux que Grabot est retenu, aveuglé, réduit à l’esclavage dans des conditions inhumaines. Toute la tribu se rebelle alors contre ces deux aventuriers qui veulent remettre l’état des choses en cause.

Perken prend alors conscience que s’il n’agit pas, deux options s’offrent à lui et à son compagnon : la mort, ou la captivité, encore plus humiliante. Il décide alors de lancer un défi à la tribu, et réussit à sauver Claude. Toutefois, si Perken s’en sort, il est grièvement blessé à la jambe par une flèche. Il souffre d’une arthrite suppurée, qui ne peut être guérie que par l’amputation à cette époque. Malgré sa blessure, il se bat, vengeant Grabot de ses geôliers avec une colonne de soldats siamois. Il parvient finalement à délivrer son ami.

Pendant ce temps, le gouvernement siamois tente de profiter de la tension et de la division qui règne entre les tribus pour pacifier le territoire, en le traversant d’un chemin de fer. Perken fuit mais ses atroces souffrances l’empêchent d’aller plus loin. Il s’affaiblit petit à petit et n’est bientôt plus en état de continuer. Claude trouve un endroit dans la forêt où ils peuvent se reposer. Plus tard, dans la nuit, Perken décède sous ses yeux après lui avoir déclaré : « Il n’y a pas… de mort… Il y a seulement… moi… […] moi… qui vais mourir. »

 

La Voie Royale est ainsi un roman d’aventures où le lecteur assiste au voyage initiatique du personnage principal, Claude, qui, au-delà de sa quête d’un trésor archéologique, poursuit un constant questionnement existentialiste sur la vie et la mort.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Résumé >