Lancelot du Lac

par

La mise en scène du guerrier par excellence

Tout l’enjeu de l’histoirerepose sur les aventures, les péripéties que rencontre Lancelot, qui au fur età mesure du récit convaincront le lecteur de son courage et de sa bravoure, luidécernant ainsi le titre de « meilleur des chevaliers ».

Le chevalier Lancelot, égalementnommé « chevalier de la charrette », ne semble avoir été créé quedans le but de répondre aux critères de perfection que  le code de chevalerie impose. En effet, sonenfance et son éducation le destinent d’ores et déjà à devenir le meilleur aucombat, en habileté, en adresse, en force.

Élevé par la Dame du Lac, unecréature mythique, fée vivant secrètement sur l’île d’Avalon, le jeune Lancelotest déjà promis à un destin exceptionnel de par les évènements qui agitent sonenfance. Enlevé à sa mère après la mort au combat de son père, Ban de Benoïc,la Dame du Lac le garde dans ses resserres en Avalon afin que son éducationsoit parfaite, protégée de tous les maux qu’il peut endurer en terre mortelle.C’est ainsi, chargé du bagage de l’éducation promue par sa mère adoptive, qu’ilparvient à la cour du roi Arthur, désormais doté de toutes les capacitésnécessaires pour se garantir un destin hors du commun.

C’est au long des diversesépreuves qu’il traverse que se concrétise réellement le fruit de son éducationguerrière et de sa bravoure. En effet, le parcours de Lancelot, les missionsqu’il accepte pour le roi Arthur et par amour pour Guenièvre marquent unprocessus d’accroissement de sa renommée. Même les échecs ou les difficultésqu’il subit continuent de le faire progresser. Par exemple, lors de sa premièremission – secourir la dame de Nohaut – il découvre, sur le chemin du retour,une tombe portant son véritable nom, aux côtés de celles des chevaliers de laTable ronde. Son destin est dès lors scellé, son origine révélée, mais en aucuncas il ne prend peur et il ne renonce pas pour autant à partir au secours del’opprimé dès que l’occasion s’en présente, malgré la connaissance de sa mortprochaine au cours d’une de ces missions.

« − Je suis chevalier, comme vous pouvez le voir,

Et je suis né au royaume de Logres.

Que cela vous suffise.

Et vous, s’il vous plaît, dites-moi de nouveau

Qui reposera dans ce tombeau ?

− Messire, ce sera celui qui libérera

Tous ceux qui sont pris comme dans un piège

Au royaume dont nul n’échappe. »

Son plus fameux combat restecelui livré contre Méléagant. Ce chevalier difforme, géant, qui vainc le bravesénéchal Keu et enlève la reine, menaçant tout le royaume du roi Arthur,constitue pour lui la consécration de sa bravoure. En effet, en abattant celuiqui a jeté à terre Keu, qui fut pourtant le seul chevalier suffisammentcourageux pour protéger la reine en se livrant à un combat singulier avec lerenégat, il assoit davantage sa propre bravoure et la perfection de son statutde guerrier, montrant ainsi qu’il n’y a personne au-dessus de lui.

Cependant, comme nous allons l’étudier dansla seconde partie, la bravoure et le courage de Lancelot sont bien souventstimulés par un enjeu dissimulé : son amour pour la reine Guenièvre.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur La mise en scène du guerrier par excellence >