Lancelot du Lac

par

La portée spirituelle de la quête de Lancelot

Nous avons donc vu que la majorité desmissions vécues par Lancelot sont guidées par son amour pour Guenièvre, et dansune moindre mesure, par son amour pour le roi.

Ainsi, Lancelot ne se bat pas au nom dela recherche d’une quelconque gloire personnelle : son esprit est troparmé face aux tentations d’une reconnaissance matérielle, ses ambitions bientrop pures pour désirer accumuler les honneurs et les fleurons.

Ainsi, la quête de Lancelot, toujoursvolant au secours de l’opprimé, utilisant en temps de paix ses talents demusicien pour charmer l’auditoire de ses ballades et le faire rêver un moment àune vie paisible aux accents de rêve, s’apparente à un processusd’anéantissement du mal sous toutes ses formes. Si c’est au nom de l’amour pourGuenièvre qu’il tue ses ennemis et éradique les monstres qui grouillent auxquatre coins du royaume de Logres, nous pouvons toutefois affirmer que c’est unamour universel qui guide son bras lorsqu’il affronte ses ennemis. En effet,son désir de faire le bien, de lutter contre le mal, s’apparente à une quêtespirituelle tendant à répandre l’amour sur l’ensemble du royaume, de la terre.

« À son sens dela pitié et à la noblesse de son cœur.

Et puisqu’il luiavait bel et bien requis

Merci, pourquoi nel’aurait-il donc pas ?

Certes, il ne luiarriva jamais

Qu’à aucunadversaire, pour ennemi qu’il fût,

Une fois vaincu parlui

Et lui criant merci,

Il ne lui étaitjamais encore arrivé

De lui refuser sagrâce une première fois. »

Cette quête est en soiparadoxale : en effet, Lancelot, incapable lui-même de trouver le repos del’âme face au dilemme que constitue son amour dual pour Guenièvre et Arthur,s’évertue à combattre le mal et à purger le royaume de tout ce que celui-cicompte comme dangers pour ses habitants. Cependant, nous pouvons justementtrouver dans ce dilemme une justification du paradoxe : le preux chevalieren proie aux tourments du doute, ne pouvant jamais trouver le repos lui-même,tente de pallier cette souffrance en combattant sans repos le mal sous sa formephysique. De plus, la quête de Lancelot lui permet un exutoire face à latorture que lui impose son esprit écartelé : se consacrer àl’assainissement du royaume de Logres, fief de son roi bien-aimé, lui donnel’illusion de n’être préoccupé que par ceci et de ne se dévouer qu’au servicede son roi.

Ainsi, si ces éléments justifient lerôle de bienfaiteur qu’adopte Lancelot, ils ne suffisent pas à lui faireendosser le manteau de la pureté parfaite. En effet, cet esprit déchiré qui estle sien ne peut le faire réfléchir posément et considérer les évènements sousun angle totalement neutre. Lancelot trouvera la preuve de cette agitation deson âme lorsqu’il se rend au château du Roi Pêcheur et que le Graal luiapparaît. Séduit par une jeune fille qui a pris l’apparence de Guenièvre, la nuitqu’il passe avec elle coupe court à toute occasion de récupérer le vasemythique. Durant cet épisode, son fils Galaad est engendré, et c’est à lui quela pureté destinée à découvrir le Graal incombera. Ainsi, son amour pourGuenièvre empêche Lancelot de concentrer ses pensées sur l’objectif du Graal, quesont supposés poursuivre l’ensemble des chevaliers de la Table ronde.

« Ce sont bienceux à présent qui ne savent rien d’Amour

Qui affichent sanscesse leur mépris à son égard,

Et s’éloignentbeaucoup d’Amour

Ceux-là mêmes qui necraignent pas son commandement.

Il est indiscutableque se perfectionne

Celui qui fait cequ’Amour lui commande,

Et tout lui serapardonné »

Malgré son désir de faire le bienautour de lui, Lancelot échoue donc, car son esprit trop préoccupé le faitmanquer l’occasion de récupérer le vase sacré et de couronner ainsi sa quête debienfaiteur des peuples.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur La portée spirituelle de la quête de Lancelot >