Le médecin malgré lui

par

Résumé

Acte I

 

            Sganarelle et sa femme Martine entrent en scène en se disputant. Martine reproche à son mari de gaspiller tout l’argent familial pour des sottises, en particulier pour se saouler dès qu’il en a l’occasion. Le ton monte de plus en plus et Sganarelle finit par battre Martine à coups de bâton. L’altercation est interrompue par M. Robert, leur voisin. Martine et Sganarelle, soudain réconciliés par cette intrusion, le chassent. Une fois M. Robert parti, effrayé par les coups de bâton, la querelle reprend : Martine est fâchée d’avoir été battue si opiniâtrement. Mais à force de caresses, Sganarelle parvient à obtenir son pardon et s’en va chercher du bois.

            Martine, seule en scène, avoue que sa mansuétude était feinte et qu’elle est bien résolue à se venger de son mari. Il ne lui reste qu’à trouver comment. C’est alors qu’entrent en scène Valère, domestique d’un certain Géronte, et Lucas, mari de Jacqueline, la nourrice de Géronte. Ils cherchent un médecin pour Lucinde, la fille de leur maître, qui a inexplicablement perdu l’usage de sa langue. La rencontre fortuite donne l’idée suivante à Martine : elle fait croire aux deux hommes que Sganarelle est un médecin brillant mais un peu fou, qu’il faut battre longtemps pour lui faire admettre qui il est, car il le nie tout d’abord. Puis Martine quitte la scène.

            Sganarelle entre alors sur scène avec ses fagots, une bouteille à la main. Valère et Lucas reconnaissent leur médecin et vont à sa rencontre. Comme prévu, Valère et Lucas insistent pour lui faire avouer ses talents, et Sganarelle n’y comprend rien. Il se fait donc battre assidûment par les deux hommes. Finalement, quand Sganarelle saisit que ce sera un bon moyen pour lui de gagner de l’argent facilement, il accepte de se plier à la volonté des deux hommes et admet être médecin.

 

            Acte II

 

            Valère et Lucas expliquent à Géronte qu’ils ont trouvé un médecin brillant pour faire sortir Lucinde de son mutisme. Jacqueline enrage : d’après elle, Lucinde n’a pas besoin d’un médecin. On comprend que la jeune femme s’est tue car Géronte a proposé de la marier à un inconnu, alors qu’elle soupire après un certain Léandre.

            Sganarelle vient en habit de médecin et se comporte en rustre. Il frappe Géronte, badine avec Jacqueline, et va jusqu’à demander à examiner ses seins, sous prétexte que c’est leur lait qui a nourri Lucinde.

            Peu après, Lucinde entre. Sganarelle l’examine en paradant, et produit un diagnostic bavard à base de latin barbare et de néologismes insensés. Cependant, le diagnostic fait illusion et Géronte le paie. On laisse Sganarelle seul.

            Léandre vient à sa rencontre et lui demande de servir ses intérêts dans la maison de Géronte. Sganarelle, qui joue d’abord l’intégrité, finit par accepter quand il comprend que Léandre a prévu de le payer.

             

            Acte III

 

            Léandre, déguisé en apothicaire, s’inquiète de n’être pas crédible ; Sganarelle le rassure en lui avouant qu’il n’est pas plus docte que lui et en raillant la médecine. Ils sont interrompus par l’irruption de deux paysans, Thibaut et son fils Perrin. Le père demande de l’aide à Sganarelle car sa femme est mourante. Sganarelle lui donne, en guise de remède, du fromage.

            Sganarelle croise Jacqueline et essaie de la séduire. Ils se font surprendre par Lucas et fuient. Géronte survient et demande à Lucas d’aller chercher sa fille. Puis il annonce à Sganarelle que l’état de Lucinde est en train d’empirer. Sganarelle lui affirme que c’est bon signe, et introduit Léandre, dans son habit d’apothicaire, auprès de lui.

            Lucinde entre et Léandre se met à l’examiner. Sganarelle ruse pour donner un peu d’intimité aux deux amants : il prend Géronte à part et fait diversion en lui racontant des sornettes. Lucinde se met enfin à parler et annonce à son père qu’elle tient à se marier à Léandre. Son père refuse. Ils se disputent et ne parviennent pas à se mettre d’accord. Sganarelle ruse à nouveau et affirme que la rébellion de la fille est un symptôme médical. Il demande à Léandre de sortir avec Lucinde pour lui administrer un certain médicament.

            Géronte se montre choqué par l’effronterie de sa fille, et Sganarelle lui fait la conversation pour gagner du temps. Mais Lucas entre et annonce que Lucinde est partie avec l’apothicaire, qui n’était autre que Léandre. Géronte est outré, et Sganarelle démasqué. Lucas et Géronte sont résolus à lui faire payer la supercherie, et le second sort chercher un commissaire.

            À Martine qui survient on annonce que son mari va être pendu ; elle s’en réjouit. Géronte revient et annonce l’arrivée prochaine du commissaire. Sganarelle essaie de négocier une punition plus douce, en vain. Mais Léandre reparaît accompagné de Lucinde. Il avoue à Géronte qu’ils avaient prévu de s’enfuir et de se marier sans demander leur reste, mais il ajoute qu’il a préféré faire demi-tour pour faire cela dans les règles, en demandant la main de la fille à son père. Géronte, ému par cette décision vertueuse, autorise le mariage. Martine et Sganarelle se pardonnent, et ce dernier accepte de devenir véritablement médecin à la demande de sa femme. 

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Résumé >