Le messager d'Athènes

par

Accès complet et GRATUIT à cette fiche de lecture pour nos membres.

Odile Weulersse

Chronologie : Vie &
Regards sur les œuvres

 

1938 : Odile Weulersse naît à Neuilly-sur-Seine. D’abord diplômée de l’Institut d’études
politiques de Paris, elle reprendra ensuite ses études pour passer l’agrégation
de philosophie. Elle enseignera ensuite le cinéma, notamment l’écriture
scénaristique, comme maître de conférences à l’université Paris-IV.

1984 : Après qu’en 1982 un éditeur l’eut incitée à écrire des romans pour la jeunesse, Odile Weulersse
publie son premier livre, Les
Pilleurs de sarcophages
, deux ans plus tard. Ce roman conçu pour un lectorat à partir de onze ans a pour
cadre l’Égypte antique au XVIe
siècle av. J.-C
. Le pouvoir du pharaon
Ahmôsis, qui règne depuis Thèbes (devenue Louxor) sur la Haute et
la Basse-Égypte, est contesté par les Hyksôs, une autre famille de souverains.
Dans le cadre de la guerre qui oppose ces deux partis, le rôle de Tétiki, le fils du nomarque de l’île
Éléphantine, un adolescent de quinze ans, va s’avérer déterminant. En effet, il
se donne pour mission de déplacer les trésors d’un tombeau que l’ennemi veut
employer pour financer la levée de son armée. L’auteure s’attarde largement sur
la géographie et l’histoire culturelle de l’Égypte à cette époque, qu’il
s’agisse des croyances, de l’architecture ou de l’omniprésence de la
mort dans cette civilisation.

1985 : Dans son roman suivant, Le Messager d’Athènes, Odile Weulersse
fait découvrir à son lecteur la démocratie
athénienne au V
e siècle av. J.-C., et ce à travers les yeux
d’un autre adolescent, Timoklès,
quatorze ans, dont le père a été injustement ostracisé de la cité, de crainte
qu’il ne devienne un tyran. C’est le début d’un véritable périple initiatique pour le jeune homme qui veut à tout prix
accompagner son père sur le grand fleuve Océan. Il découvrira un monde très
différent de ce qu’il avait connu jusqu’alors en arrivant sur les terres perses, gouvernées par le tyran Darius, dont l’armée va menacer
Athènes. Le statut de sportif de l’adolescent permet par exemple la découverte
du lieu de la palestre. L’auteure
mène son lecteur jusqu’à un moment clé de l’histoire athénienne, la bataille de Marathon en 490 av. J.-C.

1986 : L’auteure, dans Le Serment des catacombes, mène
cette fois son lecteur dans la Gaule du
IIe siècle ap. J.-C.
, alors sous domination romaine. Rome, avec
ses armées, a aussi apporté ses croyances
à la Gaule ; ainsi, la religion officielle consiste en le culte des dieux
romains. Une communauté de chrétiens
pourtant s’est formée à Lugdunum
(qui deviendra Lyon) où se passe l’action. Et c’est cette fois une adolescente
de quinze ans, Toutilla, tout juste arrivée car rachetée par son oncle lors
d’une vente aux esclaves, qui va tout faire pour défendre ses coreligionnaires,
accusés de tous les maux par des esprits
superstitieux
. Ainsi le roman traite principalement du thème intemporel de
la tolérance en matière de religion.

1989 : Les Vagabonds de la Bastille, comme le suggère le titre,
rapproche le lecteur de l’époque moderne à l’occasion du bicentenaire de la Révolution française. Ici le lecteur
suit les aventures d’un frère et d’une sœur dans la capitale à ce moment clé de
l’histoire. Thomas, quinze ans, a quitté sa Normandie natale pour retrouver à
la capitale sa sœur Manon, qui après avoir été enlevée par les hommes du comte
local pour avoir assisté à une transition secrète s’est enfuie. Le climat
particulier de l’époque permet à Odile Weulersse de varier la matière de son
récit, qui oscille entre des dimensions sentimentale, politique et policière.

1990 : Retour dans le passé avec le roman suivant, Le Chevalier au bouclier vert,
où l’on retrouve le héros, Thibault de
Sauvigny
, en plein Moyen Âge.
Pour un acte de bravoure, d’écuyer il devient chevalier, mais une rivalité amoureuse dont la belle
Éléonore est l’objet le retient de devenir le vassal de Foulque de Montcornet.
Il devient donc chevalier errant et
multiplie les aventures tandis que sa bien-aimée est sujette d’une autre
rivalité, avec sa sœur Rosamonde, elle-même éprise de Thibaut, personnage
immoral et dangereux. L’auteure s’attarde particulièrement sur les codes de la chevalerie et l’organisation sociale de l’époque.

1994 : L’Arlequin de Venise plonge le lecteur dans la cité des Doges
au XVIIIe siècle, à
travers le parcours d’une jeune noble,
Tonina, confrontée à des
contrebandiers. Outre la tradition du célèbre carnaval, l’auteure explique le contexte dans lequel se trouve alors la cité, plutôt en paix, et ce
faisant traduit son organisation
politique et administrative
particulière.

1997 : Tumulte à Rome a pour cadre la Rome du IIe siècle av. J.-C., en pleine Deuxième Guerre punique, une période
assez peu traitée dans la littérature destinée à la jeunesse. Le jeune Titus, issu d’une famille de
patriciens, combat dans les troupes romaines contre l’armée carthaginoise conduite par Hannibal. À nouveau le récit est prétexte à découvrir ou
redécouvrir les mœurs et croyances romaines.

1998 : Dans Le Secret du papyrus, on retrouve Tétiki, le héros des Pilleurs de sarcophages, lequel, entré
dans les faveurs du pharaon, s’est vu confier la mission de partir à la
recherche d’une pierre précieuse. Son voyage sera prétexte à faire découvrir au
lecteur la Babylone antique, et
l’auteure continue son exploration des coutumes égyptiennes d’alors, détaillant
par exemple les vêtements et les bijoux d’autrefois.

2002 : Autre cadre original pour un récit destiné à la jeunesse : Constantinople au VIe siècle ap.
J.-C
. Le Voleur de soie met en
scène un nouvel adolescent qui décide de partir vers l’est à la recherche des
secrets de fabrication de la soie
car les affaires de son père, tisserand, se trouvent menacées par un décret
impérial émanant de Rome, Constantinople faisant alors partir de son Empire.

Les derniers romans d’Odile Weulersse continuent
d’explorer diverses périodes et civilisations : Le Chevalier de Jérusalem (2004)
concerne la troisième croisade de
1189 du point de vue des chrétiens ; Disparition sur le Nil (2006) poursuit les aventures de
Tétiki, toujours plus proche du pharaon ; Le Cavalier de Bagdad (2009) a pour cadre La Mecque au VIIIe siècle ;
L’Or
blanc de Louis XIV
permet une immersion dans la cour des miracles au XVIIe siècle, et l’intrigue
tourne autour de la contrebande dont fait l’objet le sel, véritable « or blanc » en ce siècle où il est soumis
à la gabelle.

 

La manière d’Odile Weulersse

 

La littérature d’Odile Weulersse, destinée à la
jeunesse, se distingue par la matière
fortement historique de ses
histoires, qui font aussi voyager puisque l’auteur s’est intéressée à
différentes civilisations : la
France au Moyen Âge, l’Égypte du temps des pharaons, la Grèce et la Rome
antiques, le Mexique au temps des Aztèques, etc. L’écriture de chaque œuvre
s’accompagne d’un travail de documentation
notable et ce genre de textes, traitant de mœurs
étrangères
, de coutumes et de croyances variées, permet notamment un enrichissement du vocabulaire du jeune
lecteur.

Le style d’Odile Weulersse est bien sûr abordable – ses œuvres sont accessibles
aux lecteurs à partir de onze ans
surtout
–, et l’écrivaine a l’habitude de favoriser l’immersion en employant le temps du présent, malgré la distance temporelle. On a pu parler de composition d’aspect cinématographique
pour décrire sa manière de camper les personnages, les décors, et de dérouler
les événements à travers le regard
d’adolescents
, garçons et filles.

 

 

« – Alors
ils craignent que l’un d’entre eux prenne le pouvoir sans être élu et devienne
un tyran. C’est pourquoi on votera à l’Assemblée.

Timoklès
reste abasourdi par la confirmation de ses craintes.

– Ils
sont idiots. Mon père a toujours défendu la démocratie.

– Je
sais, dit Kallias tristement. Mais dans le passé, beaucoup d’aristocrates sont
devenus des tyrans. Les Athéniens préfèrent être prudents. Ils ne veulent plus
prendre le risque de perdre la liberté. »

 

Odile
Weulersse, Le Messager d’Athènes,
1985

 

« 
– Tu es un fourbe, félon, traître, un infâme qui n’a pas de parole.

– Oh !
La parole, répond Eustache d’un air négligent, c’est là l’affaire de gentilhomme.
Moi, je suis étudiant. »

 

Odile
Weulersse, Le Chevalier au bouclier vert,
1990

Inscrivez-vous pour trouver des essais sur Odile Weulersse >