Le messager d'Athènes

par

Résumé

En ce beau matin, au début du Ve siècle avant notre ère, la vie est belle pour le jeune Timoklès. L'adolescent, fils du riche et puissant Oloros, court vers le stade où il va faire preuve une fois encore de sa force et de sa vitesse : il est le meilleur coureur d'Athènes. Suivi par l'esclave Elpénor, qui a bien du mal à ne pas le perdre de vue, il traverse le marché sans prêter attention à la nouvelle qui se répand : Oloros risque d'être condamné à l'ostracisme, c'est-à-dire à un bannissement de dix ans. La raison ? On le soupçonne de vouloir abuser du pouvoir et devenir un tyran. Or, à Athènes, rien n'est au-dessus de la démocratie. Kallias, le meilleur ami de Timoklès, est plus âgé et plus sage : du haut de ses vingt ans révolus, le jeune et brillant orateur explique que si l'assemblée des citoyens rassemblés condamne Oloros, il n'y aura pas d'appel possible. Kallias ne pourra pas participer aux débats car il n'est pas citoyen : c'est un métèque, c'est-à-dire un étranger.

Pendant ce temps, Chrysilla, la jeune sœur de Timoklès, s'inquiète. L’adolescente de treize ans aime sa vie insouciante, faite de rêverie et de jeux, voire de fugues nocturnes qui la voient s’adonner à la danse de l'ours dans les collines, mais elle craint de devenir une prêtresse d'Athéna et d'être enfermée dans l'Acropole pendant toute une année ; aussi prie-t-elle la déesse Artémis : les dieux régissent la vie des hommes, et il faut leur adresser des prières et leur offrir des sacrifices – c'est du moins ce que pensent les hommes de ce temps. De plus, la jeune fille, vive et...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Résumé >

Dissertation à propos de Le messager d'Athènes