Le messager d'Athènes

par

Résumé

En ce beau matin, au début du Vesiècle avant notre ère, la vie est belle pour le jeune Timoklès. L’adolescent,fils du riche et puissant Oloros, court vers le stade où il va faire preuve unefois encore de sa force et de sa vitesse : il est le meilleur coureurd’Athènes. Suivi par l’esclave Elpénor, qui a bien du mal à ne pas le perdre devue, il traverse le marché sans prêter attention à la nouvelle qui se répand :Oloros risque d’être condamné à l’ostracisme, c’est-à-dire à un bannissement dedix ans. La raison ? On le soupçonne de vouloir abuser du pouvoir etdevenir un tyran. Or, à Athènes, rien n’est au-dessus de la démocratie.Kallias, le meilleur ami de Timoklès, est plus âgé et plus sage : du hautde ses vingt ans révolus, le jeune et brillant orateur explique que sil’assemblée des citoyens rassemblés condamne Oloros, il n’y aura pas d’appelpossible. Kallias ne pourra pas participer aux débats car il n’est pas citoyen :c’est un métèque, c’est-à-dire un étranger.

Pendant ce temps, Chrysilla, la jeune sœur deTimoklès, s’inquiète. L’adolescente de treize ans aime sa vie insouciante,faite de rêverie et de jeux, voire de fugues nocturnes qui la voient s’adonnerà la danse de l’ours dans les collines, mais elle craint de devenir uneprêtresse d’Athéna et d’être enfermée dans l’Acropole pendant toute uneannée ; aussi prie-t-elle la déesse Artémis : les dieux régissent lavie des hommes, et il faut leur adresser des prières et leur offrir dessacrifices – c’est du moins ce que pensent les hommes de ce temps. De plus, lajeune fille, vive et intelligente, souffre du sort réservé aux femmes athéniennes :elles ne sont jamais consultées sur les décisions politiques et n’apprennentpas même à lire et écrire. À la nouvelle qu’Oloros a été banni pour une duréede dix ans, elle est indignée : leur père ne veut pas devenir untyran ! Au contraire, il ne pense qu’au bien d’Athènes et s’inquiète dudanger qui plane sur la ville : en effet les armées de Darius, le roiperse, ont ravagé les cités grecques d’Asie. Qui sait si ses rêves de grandeurne le pousseront pas à vouloir conquérir Athènes ainsi que les cités duPéloponnèse ?

Oloros a décidé d’explorer le monde et de partirà la recherche du fleuve Océan qui entoure la Terre. Timoklès rêve de l’accompagner,mais son père s’y oppose. Il l’enjoint à consulter l’oracle de Delphes :c’est elle, la Pythie, qui tranchera. L’adolescent s’embarque, accompagné dufidèle Elpénor. Leur voyage passe par la ville de Corinthe, où Timoklès vit unetroublante aventure quand il rencontre une femme, Timonassa, qui l’entraîne ensa demeure et lui offre un breuvage qui a le pouvoir d’endormir le corps et d’effacerles souvenirs. Arrivé à Delphes, le jeune homme consulte la Pythie :l’instant est solennel. La vieille femme est l’oracle le plus fameux du mondeconnu, et elle délivre ses messages depuis un lieu que les Grecs considèrentcomme le nombril du monde : là où tout est né. Mais le message que reçoitTimoklès est obscur : « Par les flots déchaînés et la paniqueindescriptible, tu verras, au milieu, le trésor des Athéniens. » Riche dece message, bien que quelque peu circonspect, il rentre à Athènes que son pères’apprête à quitter. Finalement, Oloros accepte d’emmener Timoklès aveclui ; le jeune homme sera même accompagné de son ami Kallias. En apprenantcela, Chrysilla décide de se cacher sur le navire qui va emporter la petiteexpédition. Le bateau est déjà loin quand l’adolescente révèle sa présence.Oloros, furieux, veut raccompagner ses enfants à Athènes. Or, une tempêtes’abat sur le navire, bientôt disloqué par les vagues. Timoklès est assommé parun débris ; quand il revient à lui, il se rend compte qu’il a été faitprisonnier par des marchands d’esclaves, tout comme sa sœur. Ils sont débarquéssur l’île de Samos, dont la capitale, qui s’est soumise aux Perses, estgouvernée par le tyran Aiacès. Le frère et la sœur sont vendus commeesclaves : Timoklès écope d’un travail harassant dans les mines de cuivre,tandis que Chrysilla est attachée à la personne de Tanagra, la concubinepréférée d’Aiacès.

Quant à Kallias, repêché par un navire, ildébarque à Milet, cité d’Ionie que les Perses viennent de ravager. C’est lesatrape de Sardes qui gouverne la ville. Habilement, le jeune homme gagne sasympathie en lui affirmant qu’il a quitté Athènes dans le but d’offrir sesservices au Grand Roi Darius. Enchanté, le satrape attache Kallias à sapersonne et décide de l’emmener à Suse, la capitale de l’Empire. Le jeune Grec espèreque ses talents d’orateur lui permettront de convaincre le souverain perse del’envoyer à Athènes en tant que plénipotentiaire, et qu’il pourra alors révéleraux habitants ce qui se prépare à la cour du souverain. Et pendant ce temps,Timoklès travaille comme une bête au fond de la mine tandis que Chrysilla semorfond dans le palais du tyran. Quand elle apprend où est son frère, la jeunefille quitte le palais à la nuit tombée et retrouve Timoklès. Malgré lesobstacles, les jeunes gens parviennent à s’échapper, non sans avoir tué lecruel Aiacès. Ils se réfugient dans les collines sauvages tandis que les gardesdu tyran les poursuivent. Arrivés au bord de la mer, il leur faut nager pouréchapper à leurs poursuivants. Ils sont sur le point de se noyer quand ils sontrecueillis par un vieux marin sur un radeau. Épuisés, ils s’endorment ; auréveil, le marin a disparu : était-ce Athéna qui serait venue lessauver ? Recueillis par un navire, ils parviennent à gagner Milet. Là, ilsrencontrent un philosophe, homme instruit dans tous les arts, qui accepte degarder Chrysilla auprès de lui tandis que Timoklès part à la recherched’Oloros.

Pendant ce temps Kallias est arrivé à Suse, lasomptueuse capitale de l’Empire perse. Il gagne la confiance de Darius, mais noncelle de l’Œil du Roi, son proche collaborateur, qui n’accorde aucun crédit auGrec qu’est Kallias. La cour est bientôt bouleversée par la nouvelle de la mortd’Aiacès, assassiné par l’esclave Timoklès. Aussi, quelle n’est pas la joiecruelle de l’Œil du Roi quand il apprend par hasard la présence du jeuneAthénien à Suse ! Le jeune homme s’est rendu dans la capitale en espéranty trouver son père. Il est capturé, amené devant Darius et confronté à Kallias.Ce dernier va-t-il trahir son ami ? Bien au contraire : les deuxjeunes gens parviennent à s’échapper. Il leur faut six longs mois pour regagnerMilet et la maison du philosophe, qui a eu le temps d’enseigner à Chrysilla lalecture et l’écriture. Là, ils apprennent que l’armée perse, innombrable, s’estmise en route pour écraser Athènes. Aussi vite que possible, les trois jeunesgens regagnent leur cité, qu’ils retrouvent en effervescence : on y a déjàappris la venue de l’armée de Darius. Certains voudraient se soumettre, maisd’autres, menés par Thémistocle, veulent se battre pour leur liberté.L’excellent coureur qu’est Timoklès est promu messager, et aussitôt chargéd’aller demander l’aide de Sparte, la fameuse cité guerrière. Une fois samission accomplie, Timoklès rejoint les troupes athéniennes dans la plaine deMarathon. La puissante armée de Darius a débarqué et risque d’écraser leursadversaires, moins nombreux. Mais ces derniers luttent pour la liberté, et cet enjeusemble décupler leurs forces. Des heures durant, la bataille fait rage, et enfinles envahisseurs sont repoussés.

Ce n’est que plus tard que Timoklès comprendla prédiction de la Pythie, quand les Athéniens reconnaissants portent àDelphes un trésor en offrande : le butin d’or ramassé sur le champ debataille de Marathon, après l’indescriptible panique de la bataille. Longtempsencore, on chantera les exploits de Timoklès le brave, l’astucieux, leformidable athlète.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Résumé >