Le messager d'Athènes

par

Le roman historique et ludique

Destiné aux enfants entre 10 et 13 ans, lesromans d’Odile Weulersse se situent tous à une époque reculée, où des fictionsprennent place au sein de cadres historiques véridiques. Elle adapte ainsi legenre du roman historique, répandu depuis longtemps et illustré par AlexandreDumas, à un public jeune dans un but pédagogique.

 

A/ Fiction et histoire

 

Les trames historique et fictive sontétroitement mêlées dans ce roman. L’Histoire compose une toile de fondimportante, sur laquelle les personnages n’ont que peu de prise : la bataillede Marathon à laquelle participe Timoklès aurait été gagnée par les Grecs,qu’il ait réellement existé ou non. Ainsi, l’ouvrage refuse toute incohérencehistorique, contrairement à Alexandre Dumas qui faisait des plus hautes figuresde l’Histoire ses propres personnages, et le cours de cette Histoire s’écartaitrégulièrement de la véracité historique pour servir une fiction romanesque.

Odile Weulersse utilise donc les topoï dugenre du roman historique, en tissant une histoire fictive sur une toile defond historique. Les objets, les conditions de vie sont aussi tirés desconnaissances historiques qu’ont réuni les historiens au fil de leursrecherches scientifiques. Toutefois, elle refuse que ses personnagesappartiennent à ce passé commun : les trois jeunes gens sont de pures fictionset elle s’écarte par là de la tradition de l’écriture historique, qui prenaitsouvent comme personnages des figures de l’Histoire.

Ce récit est par ailleurs un récit de voyageet un récit initiatique : le personnage va découvrir en même temps que lelecteur des réalités du monde grec, accompagnant le jeune collégien dans sonétude de l’Histoire.

 

B/ L’utilisation pédagogique

 

En s’écartant de la veine plus romanesque del’écriture historique, qui prend des libertés par rapport à la vérité du mondedu lecteur et qui se permet des fantaisies inventées pour le plaisir seul de lafiction, Odile Weulersse se tourne vers l’écriture pour enfants et plus encorevers l’écriture ludique. En effet, les personnages principaux sont de jeunesgens, de l’âge des lecteurs : l’identification en est facilitée, mais surtout,c’est l’intérêt pour la fiction qui est stimulé par ce lien entre le personnageet le lecteur. L’écriture utilise donc à la fois la fiction et les personnagespour toucher les collégiens et pour leur représenter des faits historiques quipeuplent leurs cours d’Histoire. Le programme d’Histoire de sixième du collègeest en effet centré sur l’Antiquité, notamment l’Antiquité grecque : ce romanest très souvent donné à lire aux collégiens pour compléter leurs coursmagistraux.

La fiction a des potentialités dereprésentation tellement fortes qu’elle permet d’impressionner, au sens demarquer, les esprits d’une manière plus durable : l’acte de lecture estsouvent un acte de totale abstraction du monde extérieur et l’immersion dansune fiction va créer des liens presque sentimentaux entre les personnages etles lecteurs. Les thèses « intégrationnistes » considèrent en effetque le monde de la fiction et le monde réel entretiennent des liens très ténuset que l’action des personnages fictifs est possible sur ce monde réel où ilsn’évoluent pas exactement. Un exemple souvent utilisé pour étayer cette thèseest celui des changements que peut provoquer la lecture d’une fiction dans lesidées et dans les représentations des lecteurs, une fois le livre terminé. Unetelle influence est ici utilisée à des fins pédagogiques pour laisser enmémoire au jeune lecteur des faits historiques incarnés dans des histoiresattrayantes.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Le roman historique et ludique >