Le procès verbal

par

La folie dans « Le procès-verbal »

a.      La folie comme conséquence d’une incapacité à s’adapter au quotidien 

Le personnage d’Adam Pollo est l’incarnation même de l’inadapté social. Il ne comprend pas le jeu des conventions, ne se retrouve pas dans les subtilités du langage et a du mal à se fondre dans un ordinaire qu’il désire pourtant rejoindre. Sa folie n’est pas une manifestation dont l’esprit est inconscient. Bien au contraire. Une conscience aigüe de sa différence l’habite. S’il se comprend, et comme tous les fous, trouve sa logique infaillible, il n’arrive pas à en trouver un écho auprès de la société qui l’entoure. Certes, il entretient une relation avec Michèle, cependant celle-ci même n’est pas « normale » au sens de conventionnelle. Un autre symptôme de son trouble est cet oubli de son passé. Si on ne sait jamais si cet oubli est la résultante d’un choix volontaire, on sait cependant qu’à plus d’une occasion il cherche à rattraper ce passé perdu, comme pour, grâce à ce fil d’Arianne ténu, retrouver ce qui a sans doute été autrefois son ordinaire. Le drame d’Adam Pollo, et c’est d’ailleurs ce qui donne sa saveur à ce « non-récit» est dans ce qu’au plus profond de lui, il est confronté à un dilemme. Regagner le monde, s’y intégrer tant bien que mal, et donc s’annihiler à son contact ou alors le regagner et essayer de le transformer. Cette option, qui sera celle qu’il adoptera, le mènera à l’asile psychiatrique, et donc à une reconnaissance officielle de sa folie. Cette reconnaissance équivalant à une mise au ban de la société humaine par la société elle-même, peut-être considérée d’un point de vue objectif comme un échec définitif.

b.      La folie alternative à la solitude

« Mais moi, j'ai besoin de systèmes, ou alors je deviens fou. » Ce cri d’Adam Pollo plus que tout autre, décrit son monde intérieur. Individu tourmenté, il est confronté à un choix dramatique : vivre dans sa paralogique en solitaire ou vivre dans la société, où inexorablement sa folie ressortira. Ces systèmes dont il avoue le besoin sont justement le miroir dans lequel se reflète la folie dont il espère être délivré. Ce sont ces systèmes qui le condamneront pour avoir voulu les changer et orienter la dynamique sociale autrement. Adam Pollo est conscient que la société, vers laquelle il va, ne l’acceptera pas. Et sa sortie de son refuge, ainsi que les airs de prophètes qu’il adopte ressemblent plus à un baroud d’honneur qu’à une charge héroïque destinée à changer le cours des choses. En se faisant interner, il atteint son objectif secret : fuir sa solitude. En effet, même dans un asile d’aliénés, il existe pour la société qui le reconnaît lui et son système de pensée, même si elle les classe comme illogiques, ils sont néanmoins classés et c’est cette catégorisation que plus que tout, Adam Pollo cherchait. Ainsi, aux yeux de la société, il restera certes un fou, un peu aussi à ses propres yeux, cependant, il ne sera plus seul et il pourra se reconnaître dans le prisme social.  

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur La folie dans « Le procès-verbal » >