Le Roman expérimental

par

Rôle de l’écrivain naturaliste

Suite à la présentation des caractéristiques du roman naturaliste, on est dès lors en mesure d’élucider le rôle du romancier expérimental d’après Zola. Pour lui, la fonction du narrateur prend une autre dimension : le naturaliste devient un expérimentateur, car son rôle avoisine beaucoup celui d’un scientifique. Le romancier naturaliste observe, expérimente et analyse les faits qui l’entourent. C’est uniquement après ce travail premier qu’il peut se permettre d’écrire. Cette procédure préliminaire est cruciale dans la mesure où elle permet au romancier d’éviter d’en venir à des conclusions erronées. Contrairement aux autres types d’écrivains, il ne s’imagine pas les faits car ceux-ci sont déjà réels et il n’ajoute ni ne retranche rien à la réalité. Cette vision du rôle du naturaliste est partagée par Balzac, même si chez ce dernier, il arrive que le récit soit agrandi. En effet, dans l’avant-propos de son cycle romanesque La Comédie humaine, Balzac déclare décrire la réalité que l’on ne semble pas appréhender. Pour lui, la société française (qui est l’objet de ses écrits) est l’historienne, et lui n’est que le secrétaire, l’agent responsable d’écrire cette histoire. Mais il y a de nombreux éléments de La Comédie humaine qui semblent avoir été exagérés, en particulier les mauvais penchants de ses personnages les moins nobles.

En somme, le romancier naturaliste possède deux identités différentes : celles d’un observateur et d’un expérimentateur. Alors que l’observateur relate et reproduit les faits tels qu’il les a observés, l’expérimentateur met l’histoire en route en faisant progresser les personnages dans un contexte déterminé.  La finalité de cette procédure est l’élucidation des facteurs qui entrent en jeu pour influencer le résultat de cette expérimentation. Dans l’opération, le romancier extrait des faits de la nature, étudie le mécanisme de ces faits (en modifiant les circonstances et les milieux), mais  ne s’écarte jamais des lois de la nature.

« Eh bien ! en revenant au roman, nous voyons également que le romancier est fait d’un observateur et d’un expérimentateur. L’observateur chez lui donne les faits tels qu’il les a observés, pose le point de départ, établit le terrain solide sur lequel vont marcher les personnages et se développer les phénomènes. Puis, l’expérimentateur paraît et institue l’expérience, je veux dire fait mouvoir les personnages dans une histoire particulière, pour y montrer que la succession des faits y sera telle que l’exige le déterminisme des phénomènes mis à l’étude. »

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Rôle de l’écrivain naturaliste >