Le Royaume de Kensuké

par

Perdu dans les flots

De l’aveu du narrateur, il ressort que le voyage en bateau en compagnie de ses parents a été fabuleux dans un premier temps, car à travers ce tour du monde, c’est la possibilité de découvrir de nouveaux horizons qui leur a été offerte, qu’il s’agisse du Brésil, de l’Afrique, ou encore de l’océan Indien. Le jeune Michael enregistrait chacun des détails de leur voyage dans un journal de bord et tout semblait se dérouler à merveille.

Mais naviguer sur l’océan comporte un nombre important de risques et les dangers peuvent survenir à n’importe quel moment. Il suffit juste que le vent tourne et que survienne une tempête. C’est ce qui se produit un soir. Comble de malchance, le jeune Michael a omis de mettre son gilet de sauvetage et son harnais de sécurité. Aussi est-il jeté par-dessus bord. Il tombe donc dans les flots, tenaillé par une peur indescriptible comme on peut le sentir à travers son récit : « Des vagues de terreur m'envahirent les unes après les autres. Les lumières de la Peggy Sue avaient disparu dans l'obscurité de la nuit, me laissant seul dans l'océan, seul avec la certitude que mes parents étaient déjà trop loin, qu'ils ne pourraient plus entendre mes appels au secours. Puis je pensai aux requins qui fendaient l'eau noire, en dessous de moi – ils me flairaient déjà, étaient sur mes traces, se dirigeaient vers moi – et je compris qu'il ne me restait aucun espoir. Je serais mangé vivant. Ou bien je coulerais lentement. Rien ne pourrait me sauver ». Un désespoir palpable donc. Mais quoi qu’il en soit, Michael parvint à s’en sortir et se retrouve d’abord seul sur une île déserte. Une situation qui n’est pas sans rappeler celle d’un certain Robinson Crusoé.

Inscrivez-vous pour continuer à lire Perdu dans les flots >

Dissertation à propos de Le Royaume de Kensuké