Le Seigneur des anneaux : Le Retour du roi

par

Maturité et vieillissement

Si le second opus parvient à mieux mettre en lumière lapersonnalité de chacun, le dernier est l’occasion pour les personnages de fixerleur destin et de rencontrer enfin la réponse à la vie qu’ils désirent tousavoir. Cette voie éclairée à la lumière des valeurs mises en avant par le récits’incarne dans l’évolution mentale des personnages. En effet, l’accomplissementdu destin vient après un passage rituel marqué par un évènement fort, uneblessure subie, la perte d’un proche, un choix enfin décidé… Près de deux anss’écoulent entre le début et la fin de l’histoire, et c’est au cours de ce lapsde temps qu’interviennent des évolutions qui font mûrir et vieillir lespersonnages.

Dans le cas d’Aragorn, par exemple, son destin s’inscritdans un processus de prise de conscience de son devoir. Il est présenté à unpeuple des hommes en déroute, privés de chef, régi par un intendant dément etavide de pouvoir. Il comprend aussi que le seul moyen pour sa bienaimée Arwende rester vivre une vie heureuse en Terre du Milieu est de vaincre l’ennemi,d’anéantir le mal ténébreux qui la ronge, elle tout comme son peuple, etl’oblige à quitter la Terre du Milieu pour le pays des Valar. Le destinapparaît donc clairement à Aragorn comme un choix cornélien : il doitassumer ses responsabilités, tel un jeune homme à qui se présenteraitl’opportunité de diriger un pays. Or, cette prise de conscience, dès lors qu’ill’accepte, le fait plutôt vieillir puisque la figure du roi idéal décrite parTolkien est celle de l’homme ayant déjà vécu bon nombre d’années, maisdemeurant toutefois au meilleur de sa force et de son charisme. Ainsi, enacceptant le rôle de roi qui lui est destiné, Aragorn revêt la figure del’homme expérimenté, d’âge déjà mûr, prêt à défendre son peuple mais égalementà le guider en tant que sage, à l’instar du rôle joué par Gandalf au sein de laCommunauté de l’anneau.

« Alors, à lasurprise d’un grand nombre, Aragorn ne posa pas la couronne sur sa tête mais larendit à Faramir, disant : “Je suis venu en possession de mon héritage grâce aulabeur et à la vaillance d’un grand nombre. En témoignage de quoi, je voudraisque le Porteur de l’Anneau me présente la couronne et que Mithrandir la posesur ma tête, s’il le veut bien : car il a été le moteur de tout ce qui a étéaccompli, et cette victoire est la sienne.” »

Si le voyage effectué par les compagnons a pour effet defaire mûrir certains et de les rendre prêts à assumer leurs responsabilités, oude révéler des côtés insoupçonnés de leur caractère, d’autres en sont beaucoupplus affectés moralement. En effet, Frodon est peut-être celui qui souffre leplus du périple effectué. Ayant subi blessures physiques, piqûres, morsures etpoignard, et blessure mentale du poids que l’anneau faisait peser sur saconscience, il rentre à la Comté maussade et résigné. Si la joie de retrouverson pays sain et sauf est sincère, il ne parvient plus à la partager avec quique ce soit, trop profondément enraciné dans les tourments qui lui ont étéimposés. Il sait dès le début du voyage de retour qu’il ne sera plus jamais lemême, et semble avoir accusé le coup de nombreuses années douloureuses. Or,nous avons vu que l’histoire entière dure environ deux ans. Les évènementsl’ont vieilli prématurément, et il semble incapable de les assumer et derecouvrer une vie normale. Les maux endurés ont changé trop radicalement sanature profonde pour qu’il soit possible de les effacer. C’est donc aux HavresGris qu’il décide de trouver la paix, à bord du dernier bateau qui emporteégalement Gandalf, Galadriel, Elrond et Bilbon sur les Terres Immortelles. Cepassage vers ce monde où ses amis, y compris Sam ne peuvent le rejoindre,s’assimile en quelque sorte à la mort du Hobbit pour être remplacé par un êtrebeaucoup plus accompli, beaucoup plus mûr, mais également déjà trop vieux. LaTerre du Milieu ne lui convenant plus, il choisit de finir ses jours hors dutemps, échappant par ce biais à toute notion de vieillissement.

« Mais la ReineArwen dit : “Je vais vous faire un présent. Car je suis la fille d’Elrond. Jene vais pas l’accompagner quand il partira pour les Havres, mon choix est eneffet celui de Luthien, et j’ai choisi comme elle, en même temps le doux etl’amer. Mais vous partirez à ma place, Porteur de l’Anneau, le moment venu, etsi tel est alors votre désir. Si vos blessures vous font encore souffrir et sile souvenir de votre fardeau est lourd, vous pourrez passer à l’Ouest jusqu’àguérison de vos maux et de votre lassitude. Mais portez ceci maintenant enmémoire de Pierre Elfique et d’Étoile du Soir, avec lesquels votre vie a étéentretissée !” »

Ainsi, si le voyage, les peines et les victoires endurésfont valoir la maturité et la destinée des personnages.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Maturité et vieillissement >