Liberté

par

Un hymne à la vie et au bonheur de l’homme

Liberté est enfinun hymne à l’amour, l’amour du poète pour la vie. Ainsi, Éluard rappelle à samémoire en premier ses souvenirs d’enfance, perceptibles au travers du champlexical de l’enfance : « Surmes cahiers d’écolier / Sur mon pupitre et les arbres » ; le« sable de neige » rappelleles vacances ; on trouve également dans ce registre : « images dorées », « sur l’écho de mon enfance », « chien gourmand », etc. Ladeuxième strophe poursuit le thème de l’enfance et de l’école, avec « les pages blanches » et « les pages lues », liées àl’apprentissage de la lecture et de l’écriture.

Ensuite, il invoque une nature variée etremuante : « Sur la jungle etle désert », « Sur lessaisons fiancées », « Surl’étang soleil moisi », « Surle lac lune vivante », « champssur l’horizon », « boufféed’aurore », « Surla montagne démente », « Surla mer  sur les bateaux », etc. Le champ lexical de lanature est indubitablement le plus riche dans le texte et le plus présent.Ainsi, Éluard met en avant le rôle que la nature joue dans nos vies et lamanière dont elle complète la liberté de l’homme, élément essentiel à l’hommelibre ; découvrir la nature, c’est découvrir le monde et jouir de saliberté.

Pour terminer, Éluard évoque des moments tristes en relationavec la guerre : « sueurs », « routes déployées »,« coupé », « feu », « mur »,« ennemi », « Pierresang papier ou cendre », « Surles marches de la  mort » ou encore « Sur mes refuges détruits / Sur mes phares écroulés / Sur lesmurs de mon ennui », etc. Ce champ lexical évoquant le feu, la mort, ladouleur, la destruction, est un champ lexical de la souffrance, et cettesouffrance pourrait aussi être une illustration de la douleur des soldats quicombattent au front pour préserver la liberté de la France. De plus, les mursévoquent l’enfermement, tout comme l’ennui et « la solitude nue »,tandis que les « phares écroulés » évoquent un monde sans lumière, oùl’on n’aperçoit plus d’espoir à l’horizon et où la vie est sombre et triste.

Le poète retrouve un champ lexical plus joyeux vers la findu poème, où l’espoir semble de retour : « Sur la santé revenue / Sur le risque disparu / Sur l’espoir sanssouvenir ». Le retour de la santé, la disparition du risque, l’espoir,tout cela semble lié à la fin de la guerre, à la paix et au calme, et insuffleun message positif, de foi en l’avenir. Ces éléments : la santé, la findes risques donc la paix ainsi que l’espoir sont inestimables ; ilsconstituent des choses essentielles à la vie de l’homme et à sa liberté.

 

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Un hymne à la vie et au bonheur de l’homme >