Ma vie a changé

par

Entre fantastique et merveilleux

Le livre de M-A Murail se situe entre un univers fantastique et un univers merveilleux, notamment avec l'étrange histoire de Timothée, un elfe ancré dans le réel, notamment avec sa vie de ''jeune garçon'', adoptant des caractéristiques humaines.

L'atmosphère fantastique s'installe peu à peu et perdure tout au long du roman.

– Tout d'abord, des événements étranges surviennent : certains objets sont déplacés dans la maison de Madeleine et se retrouvent dans des endroits insolites. Puis c'est une odeur mystérieuse de muguet qui apparaît et à laquelle Madeleine ne parvient pas à trouver d'explications fiables. L'ambiance est angoissante, une présence invisible et cachée semble s'être installée chez Madeleine. Elle pense devenir ''folle''.

– L'évocation de l'Elfe, un être qui s'impose petit à petit à nous, comme étant existant. Nous basculons franchement dans le fantastique avec l'évocation par Mr Tibère, voisin de Madeleine, de l'Elfe: «J'ai perdu mon elfe.». La phrase est prononcée sur un ton ''normal'' ce qui renforce l'absurdité de la scène. Cependant on apprend que l'elfe sent une odeur de muguet. Le lecteur comprend ainsi tout à coup que l'Elfe pourrait se trouver chez Madeleine. Le suspense et les doutes s'intensifient.

On se laisse ainsi embarquer dans la possibilité que cet être issue du conte de fée puisse exister, au même titre que d'autres êtres imaginaires comme les fantômes, les gnomes, etc. tous issus de mythes fantastiques.

– L'apparition de l'Elfe. C'est la scène la plus étrange et merveilleuse du roman. L'elfe se matérialise petit à petit aux yeux de Madeleine et Constantin : d'une simple ''buée'' jusqu'à l'effigie de l'Elfe, avec l'apparition progressive de ses membres. Madeleine est choquée et se refuse de croire que ce qu'elle voit est réel, elle pense même être sujette à des hallucinations. Constantin est également choqué, il en vient même à pleurer et à se demande si c'est bien réel: «C'est un rêve qu'on fait m'man?».

L'elfe devient une réalité qui s'impose d'elle-même aux protagonistes ainsi qu'au lecteur. Il prend des caractéristiques humaines troublantes, évoluant d'un très jeune âge jusqu'à l'adolescence: sa croissance est extrêmement rapide et il possède des pouvoirs. Cependant il arrive à s'ancrer parfaitement dans la réalité romanesque, malgré le caractère absurde du récit.

– Un monde merveilleux. Appelé ''monde astral'', c'est un monde parallèle invisible à la plupart des Hommes et regorgeant d'êtres fantastiques comme les gnomes, les lutins, etc. L'évocation de ce monde et les explications qu'en donne Timothée, l'elfe, renforce le caractère fabuleux et merveilleux du récit. La présence des ''Gremlins'' qui saccagent la maison de Madeleine ou bien encore les fantômes de la maison hantée renforcent le fantastique et la présence de ces êtres invisibles.

C'est ainsi un univers imaginaire et merveilleux qu'instaure la romancière. Les événements étranges et les petits êtres issus d'un autre monde donnent l'impression d'être dans un conte fabuleux, malgré un ancrage dans le réel bien présent, ce qui renforce le côté fantastique.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Entre fantastique et merveilleux >