Ma vie a changé

par

Un plaidoyer pour la fantaisie

La romancière a opté pour un univers totalement imaginaire s'ancrant dans une réalité sociale tout à fait ''crédible'', ce qui donne au récit un caractère absurde et fantaisiste, de façons variées:

- L'elfe. L'auteur imagine un Elfe tout à fait ''hors du commun'' mesurant 22cm, un être qui s'exprime comme les êtres humains, à des âges divers. Il a des réactions humaines: pleurs, parfois boude ou encore blagueur. Il désire par exemple le ''Nutella'' ou le ''Ketchup'' ce qui rend le personnage tout à fait fantaisiste: l'association de produits de consommation réels avec un être merveilleux issu d'un conte. Murail nous fait entrer dans son monde et son imaginaire, s'amusant à associer des caractéristiques humaines à un être mythique et surnaturel.

- Les séances d'incantations. Nous plongeons davantage dans le monde merveilleux de la romancière avec les incantations de Mr Tibère pour invoquer l'Elfe, qui laissent Madeleine perplexe: «C'était de plus en plus idiot et très attendrissant.». Un cercle mystérieux, de la nourriture et des formules pour faire venir à la vie l'Elfe, la situation est fantaisiste et prête à sourire tellement elle paraît absurde.

- La stagiaire de Madeleine. Un personnage tout à fait ridicule et grotesque intervient de temps en temps tout au long de l'œuvre. On a du mal à s'imaginer une telle stagiaire pouvant exister, tellement les situations sont fantaisistes. Nous avons par exemple le moment où celle-ci se demande: «Oui. Après P, c'est Q? Je me souviens plus.» ou encore «Une Encyclopédie c'est à Sport ou...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Un plaidoyer pour la fantaisie >

Dissertation à propos de Ma vie a changé