Nedjma

par

Nedjma ou l’Algérie

a.            Nedjma comme représentation symbolique de l’Algérie

De par son passé (elle est la fille d’un homme originaire de Marseille qui disparut de la vie de sa mère), le mystère qui l’entoure, l’amour qu’éprouvent pour elle tous les personnages, Nedjma représente l’Algérie, dans les choix déchirants qui sont ceux de cette nation entre les années cinquante et soixante.

Nedjma est une descendante de Keblout, l’ancêtre mythique que pleure toute sa progéniture. Elle est donc issue d’une grande lignée dont le membre fondateur vécut à une époque que tous se plaisent à considérer comme un âge d’or dont il n’est plus désormais question.

De plus, Nedjma est métisse, donc partagée entre deux mondes dont elle combine en apparence les meilleurs aspects. Elle représente donc l’Algérie telle que celle-ci désire se voir inconsciemment. Yacine n’affirmait-il pas d’ailleurs en parlant de la langue française qu’elle était « un butin de guerre » ?

 

b.            Nedjma, un paradis inaccessible ?

Sulfureuse, mais étrangement discrète (c’est le personnage que l’on cernera le moins dans l’ouvrage), Nedjma est le rêve inaccessible de quatre jeunes hommes qui l’aiment et qui en rêvent tout en sachant que jamais ils ne l’auront comme le prouve ce passage : « elle va reprendre sa course à travers le terrain vague comme si je la poursuivais, comme si je lui faisais violence rien qu'en me promenant au même endroit qu'elle, comme si nous ne devions jamais nous trouver dans le même monde, autrement que par la bagarre et le viol. »

La principale raison qui rend la jeune femme inaccessible est qu’elle est mariée (à un homme qui pourrait très bien être son demi-frère). Certes, elle n’aime pas son mari – « Nedjma s'est mariée parce que sa mère l'a exigé. » – ; cependant, ses amoureux la considèrent comme salie car ayant connu le sexe avec son mari, comme le prouve ce passage : « Je ne pouvais ni me résigner à la lumière du jour, ni retrouver mon étoile, car elle avait perdu son éclat virginal. »

Le personnage est ambigu à bien des égards, et se conduit comme une femme fatale, bien que sa sagesse apparente démente une telle attitude. A-t-elle vraiment jamais aimé l’un de ses quatre prétendants ? On ne le sait. Et cependant, il serait difficile d’affirmer que l’attrait n’est pas réciproque. Aussi à la fin de la lecture de l’ouvrage se pose-t-on la question : Qui est Nedjma ?

L’une des plus grandes réussites de l’auteur tient peut-être à ce qu’il ait réussi à conserver à son personnage une aura de mystère tout en évitant jusqu’à la fin de répondre à cette question. 

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Nedjma ou l’Algérie >