Par-delà le bien et le mal

par

L'esthétique du fragment

Par-delà le bien et le mal est suivi de Généalogie de la morale, qui a pour vocation de creuser plus en avant et de structurer les idées lancées rapidement le premier ouvrage. En effet, la fragmentation de la pensée de Nietzsche au travers de centaines d'aphorismes peut rendre sa thèse obscure. Pourtant, une telle forme possède de nombreuses vertus et participe à la formation philosophique du lecteur.

- L'aphorisme et la concision

Essai de philosophie, Par-delà le bien et le mal présente pourtant une structure étonnante : il n'est pas chapitré, ne présente jamais de raisonnements continus et développés, mais consiste en une suite d'aphorismes, de courtes phrases. Celles-ci ne sont pourtant pas mises en désordre ; la pensée de Nietzsche évolue au fil des phrases, et le lecteur progresse dans la réflexion sans vraiment comprendre le cheminement d'ensemble. Tout en nuances et en sensations, l'écriture de Nietzsche se fonde non pas sur un canevas strict et scolaire qui pourrait aider le lecteur à se retrouver dans l'élaboration d'un système moral complexe, mais sur les effets et les sensations provoquées.

Impressionniste, cet essai provoque une lecture plus littéraire que philosophique : le lecteur est pris dans le plaisir des images, d'une écriture impulsive et irrévérencieuse. Grâce aux récits et aux attaques polémiques, Nietzsche arrive à brosser les principes d'une morale à l'image de son essai : naturelle et créative.

- Les silences du texte

La forme de l'aphorisme permet un usage visuel de la page : les blancs typographiques entre chaque aphorisme permet au lecteur de se reposer, de réfléchir sur ce qu'il vient de lire. Contrairement...

Inscrivez-vous pour continuer à lire L'esthétique du fragment >

Dissertation à propos de Par-delà le bien et le mal