Poèmes barbares

par

Des histoires versifiées

Les poèmes de Leconte de Lisle ne présentent pas une structure commune. Contrairement à de nombreux poèmes de cette époque qui sont courts et louent tantôt la liberté, tantôt le royalisme, l'auteur nous présente ici de véritables histoires en vers, qui racontent les aventures de divers personnages. Bien qu'il ait un temps subit l'influence du courant Romantique, il rejoint très vite les Parnassiens. Les Parnassiens sont un groupe poétique qui prônent l'impersonnel et apparaît en réponse à l'étalement sentimental trop important des Romantiques. Il n'est donc pas question dans les poèmes de M. de Lisle de parler de soi et de se lamenter sur son sort ; c'est pour cela que ses personnages sont des êtres qui évoluent dans une époque archaïque. Il n'existe ainsi aucun lien entre l'auteur et les héros de ses poèmes.

Les poèmes épiques : Dans nombre de ses poèmes, le poète aborde des thématiques telles que la guerre, la bataille, et présente des personnages forts, cruels, voire effrayants. Ce sont bien souvent des hommes tels que celui que l'on retrouve dans Quaïn. Le champ lexical de la guerre est bien évidemment omniprésent : « bruit des coups », « boucliers d'airain », « cri », « os », etc., accompagné de verbes propres à une bataille (« Tout roule et se confond », « ma main violente a voulu t’égorger »). On retrouve en parallèle un jargon spécifique aux armes ainsi qu'un rythme de lecture rapide, qui permet de tenir le lecteur dans une ambiance épique. L'auteur joue également avec les allitérations pour confirmer ce climat ; on retrouve ainsi des vers tels que « Des boucliers d’airain hérissés d’éclairs louches » où la présence du phonème [r] donne un côté dur à la phrase et sonne comme un rappel du mot « guerre ». Les allitérations sont souvent utilisées pour donner de la rudesse à une phrase tandis que les assonances (répétition de voyelles) permettent d'ajouter de la douceur.

La présence de la religion : Derrière beaucoup de ses histoires poétiques, l'auteur a glissé des références bibliques. Ainsi, le poème Qaïn est, sans aucun doute possible, une référence à Caïn, fils aîné d'Adam et Ève qui tua son frère Abel, perpétrant alors le premier crime contre l'humanité. On note également la présence de Iahvèh Dieu israélite nommé dans la Bible. Dans un autre de ses poèmes, Le corbeau, c'est un personnage religieux que nous suivons : Sérapion, abbé des onze monastères d'Arsinoë. Cet abbé est un homme très pieux puisqu'il aide le corbeau malgré ses réticences et se réfère sans cesse à la pensée de Dieu. D'autres éléments religieux apparaissent : chaque malheur est dû au Malin (« Certes, en ce temps-là, le bon pays de France Par le fait de Satan fut très fort éprouvé […] »), Dieu est bon et impartial, etc. Cette utilisation de la religion rappelle les anciens poètes grecs qui attribuaient tout événement aux Dieux, ce qui reste un modèle pour de nombreux auteurs et peintres.

Le voyage par l'exotisme : Outre, la guerre et les croyances, Leconte de Lisle cherche à faire voyager son lecteur. C'est ainsi qu'une partie assez large balaye les différents animaux exotiques que l'on peut rencontrer : les éléphants, la panthère noire, le jaguar, etc. Dans ces poèmes, nous suivons les animaux dans des moments de la vie quotidienne comme la chasse, la migration vers des terres plus clémentes, etc. A travers eux, le lecteur peut s'évader vers des contrées lointaines, imaginer la vie des animaux qu'il ne peut rencontrer dans son pays. Les images que nous offre le poète sont précises et pleines de vie : « Mais voici qu’il se tait, et, tel qu’un bloc de pierre, immobile, s’affaisse au milieu des rameaux : un grand bœuf des pampas entre dans la clairière,

corne haute et deux jets de fumée aux naseaux. ».

Plus que des poèmes, ce sont de véritables petites histoires que nous livre Leconte de Lisle en nous narrant des combats légendaires, en présentant des animaux peu connus et en ne plaçant non pas son personnage au cœur de l'intrigue mais une personne ou un être que l'on peut un jour être amené à rencontrer. C'est ce qui rend sa poésie plus crédible et plus facile à apprécier.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Des histoires versifiées >