Saga

par

La réponse à un impératif

« Saga » de Tonino BENACQUISTA est un de ces ouvrages qui quoique présentant des faits fictifs, renvoie en fait à certaines réalités de l’existence. En effet, il a le mérite de nous plonger dans l’univers de la télévision que nous connaissons assez peu. Pour beaucoup, la télévision se résume aux programmes qu’elle offre à ses téléspectateurs. Nous sommes bien nombreux à avoir nos préférences, qu’il s’agisse de sports, de programmes pour la jeunesse, de magazines, de documentaires et bien sûr de feuilletons ou séries. Les deux derniers éléments que nous venons de citer sont d’ailleurs très prisés du public qui éprouve généralement beaucoup de plaisir à les regarder. Mais qu’est-ce que la télévision en fait ? Est-il déjà arrivé que vous-vous demandiez ce qui se passe derrière l’écran ? Une réponse négative de votre part ne nous surprendrait guère. Pourtant, en dehors de ce que nous voyons, il y a quelques réalités propres à l’univers télévisé qui seraient susceptibles de susciter si vous en étiez informés, un certain sentiment de révolte. Car si les chaines clament fréquemment à qui veut l’entendre qu’elles offrent des programmes pour le plaisir des téléspectateurs, il n’en est pas toujours ainsi. Telle est la vérité qui se fait jour dans l’esprit du lecteur tandis qu’il tourne les pages de « Saga ». Car le titre de l’ouvrage est celui d’un programme télévisé initié juste pour respecter les quotas de production française. En effet, les chaines de télévision sont soumises à certaines règles qu’elles se doivent de respecter. Au nombre de ces dernières, figurent certains quotas à caractère obligatoire, peu importe que sa réalisation soit souhaitée ou pas par les responsables des chaines télévisées. Aussi l’idée d’une série pour la forme fut-elle posée. En conséquence, qu’elle soit ou non appréciée par l’audimat était le cadet des soucis de la chaine de télévision. Pour preuve, la consigne donnée aux scénaristes chargés du projet était de faire « N’importe quoi, tout ce qui vous passe par la tête, de toute façon ce feuilleton n’est pas destiné à être vu. Il sera diffusé à raison d’un épisode quotidien de 52 min, entre 4 et 5h du matin ». Voilà une phrase qui choquerait bien de téléspectateurs ! Mais tout autant que cette instruction pour le moins étrange, c’est la qualité des scénaristes désignés  pour le projet qui a de quoi  surprendre !

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur La réponse à un impératif >